143ème Assemblée de l’Union Interparlementaire Internationale : le Parlement algérien élu au Comité exécutif

143ème Assemblée de l’Union Interparlementaire Internationale : le Parlement algérien élu au Comité exécutif

Après sa participation active aux travaux de la 143ème Assemblée du l’Union interparlementaire qui se sont déroulés à Madrid (Espagne), la délégation parlementaire algérienne, conduite par Ahmed Bennai, Vice-Président du Conseil de la Nation, représentant de Salah Goudjil, Président, a été élue membre du Comité exécutif de l’Union Interparlementaire Internationale,lors de la séance de clôture qui s’est tenue hier soir.

C’est en la personne de Ahmed Kharchi, sénateur, que le parlement algérien sera représenté au sein du Comité exécutif, suite à son élection après avoir bénéficié de recommandations des membres du Groupe africain pour ce poste au sein de l’Union Parlementaire dont la date de création remonte à 1889, et ce, en reconnaissance du rôle de la diplomatie parlementaire algérienne au sein des différents cercles parlementaires régionaux et internationaux.

Un rôle qui s’articule aussi autour de son partenariat avec les différents parlements et groupes géopolitiques au sein de l’Union. Ainsi, cette élection s’inscrit dans le cadre de la dynamique qu’a connue la politique étrangère de l’Algérie, sous la houlettedu Président de la République. Abdelmadjid Tebboune, qui est devenu un acteur influent au niveau continental et international.

 D’un autre côté, Monther Boden, vice-président du Conseil de la Nation, a été élu membre du Groupe consultatif de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, un groupe créé en 2017 comme outil et organe pour les activités des parlementaires liées à la lutte contre le terrorisme dans le cadre du programme commun avec les Nations Unies pour la lutte contre la drogue, le crime le terrorisme, dans le but de présenter les expériences des parlementaires au sein des organes des Nations Unies, et pour introduire les résolutions des Nations Unies dans les législations nationales.

L’Union interparlementaire a conclu aujourd’hui ses travaux, en adoptant une nouvelle stratégie pour lescinq prochaines années, en mettant l’accent sur :

  • La nécessité d’agir pour faire face au changement climatique.
  • Les disparités économiques et sociales croissantes, et l’élargissement de la fracture numérique.
  • La baisse de la confiance populaire dans les institutions gouvernementalesnationales et internationales.
  • Le bilan des principales réalisations dans le domaine de la démocratie, des droits de l’homme et du développement.
  • Les menaces sécuritaires de plus en plus présentes.

 Les participants ont également adopté les règlements et rapports des comités permanents, ainsi que les résultats des réunions spécialisées organisées par le syndicat: Commission de la paix et de la sécurité internationales : « Repenser et définir les voies et les procédures pour les stratégies de sécurité afin de promouvoir une paix durable. Commission du développement durable : « L’impact du changement climatique sur les matériaux naturels ». Commission de la démocratie et des droits de l’homme : « repenser la législation dans le monde pour lutter contre l’exploitation et les abus sexuels en ligne sur les enfants ». Le Comité permanent des affaires des Nations Unies : « accompagner la campagne internationale de vaccination pour mettre fin à la pandémie de COVID-19 ».

Les représentants des parlements participant ont aussi adopté une feuille de route pour la réalisation de la première édition du Prix Cremer Passy, ​​des noms de William Randal Cremer et Frédéric Passy,fondateurs de l’Union interparlementaire et lauréats du prix Nobel de la paix au début du XXème siècle (1903).

La séance du matin a vu la réunion du Conseil des directeurs pour décider des questions organisationnelles et financières du syndicat et l’adoption de la Déclaration de la 143e Assemblée de l’Union interparlementaire, sur le thème de la session tendant à : « Surmonter les divisions et promouvoir l’harmonie pour relever les défis actuels de la démocratie».

Tahar Mansour

Articles récents

Articles similaires