A New York, la diplomatie algérienne est omniprésente

A New York, la diplomatie algérienne est omniprésente

A New York où il participe aux travaux de la 76ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, Ramtane Lamamra n’a pas eu une minute pour lui. L’infatigable ministre algérien des Affaires étrangères a enchaîné les réunions et les entretiens avec ses homologues et avec des personnalités influentes.

Mercredi, il a pris part à une réunion ministérielle consacrée à la crise en Libye à laquelle ont participé les ministres allemand, français et italien des Affaires étrangères ainsi que le secrétaire d’État américain, Antony Blinken.

« Lors de la réunion ministérielle consacrée à la Libye, tenue aujourd’hui à New York, j’ai réitéré les positions de principe et cohérentes de l’Algérie concernant la crise libyenne et ses efforts continus pour soutenir les frères libyens en énumérant les résultats phares de la réunion des pays voisins tenue récemment en Algérie sous les auspices du président Abdelmadjid Tebboune », a-t-il détaillé sur son compte Twitter.

https://twitter.com/Lamamra_dz/status/1440714233734262792

Le chef de la diplomatie algérienne a participé, toujours mercredi, à une deuxième réunion de haut niveau consacrée à la commémoration du 20ème anniversaire de l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de Durban.

Ce document a été approuvé par consensus « lors de la Conférence mondiale contre le racisme, qui s’est tenue à Durban (Afrique du Sud) en 2001 ». Selon le site de l’ONU, il est orienté « vers l’action » et  « propose des mesures concrète pour lutter contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est liée ».

Dans son intervention, M. Lamamra a insisté sur la nécessité « de mettre en place des mécanismes appropriés pour mettre fin aux injustices engendrées par ces pratiques inhumaines ». Il a souligné par ailleurs « l’inévitable fin de la colonisation, notamment en Afrique », indique ce jeudi un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger.

Laquelle colonisation constitue, a ajouté le diplomate en chef algérien, « l’une des sources et manifestations les plus dangereuses de discrimination, d’intolérance et de haine ».

Autre réunion importante : celle consultative entre la troïka de la présidence du sommet de la Ligue arabe, composée de l’Algérie, de la Tunisie et de l’Arabie saoudite et le Conseil de sécurité des Nations Unies.

« Les participants ont abordé les différentes crises qui consument la paix et la sécurité dans la région arabe, en particulier la question palestinienne, et les moyens de renforcer le dialogue et la coopération entre la Ligue arabe et le Conseil de sécurité », note le communiqué.

https://twitter.com/Lamamra_dz/status/1440764912024711171

Dans ce contexte, le ministre des Affaires étrangères a réaffirmé le soutien inlassable de l’Algérie au peuple palestinien mais surtout à son « droit indéniable » de créer « un État indépendant avec Al-Qods (Jérusalem) pour capitale ».

Sans équivoque, il a appelé « le Conseil de sécurité à assumer ses responsabilités juridiques et historiques afin de forcer la puissance occupante à se soumettre à la légitimité internationale et à mettre fin à son occupation des terres palestiniennes et de toutes les terres arabes ».

Outre les réunions multilatérales, Ramtane Lamamra s’est entretenu avec plusieurs de ses homologues. Hier mercredi, il s’est réuni avec le ministre français des Affaires étrangères mais aussi avec ceux gabonais et maltais ainsi que la ministre norvégienne des Affaires étrangères.

Lors de son tête-à-tête avec Jean-Yves Le Drian, le ministre Lamamra a évoqué les situations au Mali, en Libye, au Sahel et au Sahara occidental occupé, précise le communiqué.

Mardi, il a été reçu par Mohamed El-Menfi, le président du Conseil présidentiel libyen à qui « il a réitéré la solidarité permanente de l’Algérie avec le peuple libyen frère pour atteindre les objectifs prioritaires, comme l’a souligné à maintes reprises le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à savoir la réconciliation nationale globale qui met fin aux divergences ».

https://twitter.com/Lamamra_dz/status/1440462214352101383

Avant cette audience, le ministre des Affaires étrangères s’est réuni avec un grand nombre de ses homologues. On peut citer les ministres des Affaires étrangères de l’Espagne, du Vietnam, de la Jordanie, de la Grèce, de l’Irlande et de l’Afrique du Sud.

Avec la cheffe de la diplomatie sud-africaine, Ramtane Lamamra a parlé de la coordination des positions sur les questions liées à la paix, la sécurité et le développement durable au niveau du continent africain. A l’omniprésence s’ajoute l’omnipotence…

Skander Boutaiba