Abdelkrim Touahria à La Patrie News: « L’industrie pharmaceutique connait une avancée considérable en Algérie»

Abdelkrim Touahria à La Patrie News: « L’industrie pharmaceutique connait une avancée considérable en Algérie»

Pour le président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens algériens, Abdelkrim Touahria, qui est également membre du Conseil scientifique charge du suivi de l’évolution de la pandémie du Corona virus, «l’industrie pharmaceutique en Algérie connait une avancée considérable», notamment a-t- il précisé, «depuis la mise en place d’un ministère chargé de ce secteur sensible».

Il n’ya aucun doute pour Touahria que cette industrie «florissante» est le fruit de l’intérêt que portent les pouvoirs publics à ce secteur et qui peut se prévaloir d’être pionnier en Afrique.

Et de citer le groupe Saïdal comme modèle en ce sens et qu’il connait en ce moment une métamorphose dans la production, la gestion et la prise en compte réelle des besoins en matière de produits pharmaceutique sous toute ses formes », a-t-il souligné avant d’indiquer que l’Algerie dispose, a l’instar des pays avancés , d’un laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques, reconnu par l’Organisation mondiale de la santé qui est l’un des premiers dans la région.

Pour le président du Conseil de l’Ordre des pharmaciens, l’objectif tracé par les pouvoirs publics, à leur tête le président de la République, Abdelmadjid Tebboune est non seulement de satisfaire les besoins de la population en la matière mais également d’aller vite vers l’exportation.

Ce qui permettra selon lui, de «réduire considérablement la facture d’importation et par ricochet, diminuer un tant soit peu la dépendance aux hydrocarbures». Ce secteur porteur de richesse permettra également l’amélioration de la santé publique», a-t-il ajouté.

Concernant la question de la pénurie des médicaments soulevée tout récemment , notre interlocuteur a précisé que « le pharmacien n’a aucun intérêt à stocker ses médicaments et que si certains produits comme le Lenoxaparine, qui entre dans le protocole de soins de la covid -19 déconnait parfois des ruptures de stock ceci est à mettre sur le compte de sa consommation qui a connu, depuis l’apparition de cette pandémie,  une demande accrue qui est à multiplier par 15 fois» , a-t-il souligné sans toutefois balayer d’un revers de main la réaction de la responsable de la pharmacie centrale qui avait fait savoir tout récemment que «la rareté de ce produit très demandé l’heure actuelle revient à certains pharmaciens qui ont procédé à son stockage».

En conclusion, Abdelkrim Touahria n’a pas tari d’éloges à l’égard des pouvoirs publics qui attribuent au secteur de l’industrie pharmaceutique une grande importance». Cette politique instaurée permettra à coup sûr à l’Algérie de faire un bond considérable en matière de production pharmaceutique.

 Ferhat Zafane