Abdelmadjid Tebboune à El Jazeera : « Nous n’avons aucun problème avec le Maroc »

Abdelmadjid Tebboune à El Jazeera : « Nous n’avons aucun problème avec le Maroc »

Contrairement à l’hystérie marocaine, l’Algérie a toujours opté pour l’apaisement et la sagesse s’agissant de ses relations avec le voisin de l’Ouest, dont les dérives et les provocations ne sont pourtant, pas à compter.

« Nous n’avons aucun problème avec le Maroc, c’est lui qui en a avec nous », a affirmé le  président de la République Abdelmadjid dans sa réponse à al question du journaliste de la chaîne qatarie El Jazeera portant sur les relations entre les deux pays.

Outre la question des frontières terrestres fermées entre els deux pays depuis 1994 pour des raisons que les Marocains fonts emblant d’ignorer, le royaume chérifien a toujours considéré l’Algérie comme « partie prenante » dans   son conflit l’opposant aux Sahraouis, dont l’objectif n’est autre que l’exercice de leur souveraineté sur l’ensemble  des territoires du Sahara Occidental occupé illégalement et militairement depuis 1975.

Les Marocains, ne peuvent ignorer  non plus, que le Sahara occidental est depuis 1963 inscrit sur la liste onusienne des territoires non autonomes et que ce statut de territoire non autonome ne cesse que par l’exercice du droit à l’autodétermination.

« La question du Sahara Occidental est une question de décolonisation,  comme classée par l’ONU », a insisté dans ce sens le président Tebboune.

Toujours en lien avec la question sahraouie, le président de la République a rappelé que le SG du Polisario, président de la RASD, Brahim Ghali avait quitté l’Espagne avec l’accord des autorités ibériques.

Dans son entrevue à El Jazeera, le président Tebboune, a par ailleurs fait d’ » importantes quantités d’armes qui continuent de circuler au Sahel au su et au vu de tous, sans que personne ne lève le petit doigt ».  Une situation assurément voulu et une action préméditée. Certaines parties, cherchent en effet le pourrissement de ce côté de l’Afrique, qui échappe à tout contrôle.

Résultat des courses : Une instabilité « chronique » notamment au Mali, au Burkina-Faso et le  Tchad.  Laquelle instabilité que l’on voudrait « exporter » vers l’Algérie. Faudrait-il s’en alarmer ? Assurément pas. Les frontières nationales ont été, sont et seront toujours entre de bonnes mains.  L’ANP saura faire face à toute menace.

Dj. Am