Abderrachid Tabi : « «  Le pouvoir judiciaire est  face à une responsabilité historique »

Abderrachid Tabi : « «  Le pouvoir judiciaire est  face à une responsabilité historique »

Le ministre de la Justice, garde des sceaux, Abderrachid   a pris la parole aujourd’hui, 6 septembre à l’occasion de l’installation officielle du nouveau  premier président de la Cour suprême, Taher Mamouni. Pour Abderrachid Tabi qui présidait cette cérémonie d’investiture, « cette nomination  entre dans le cadre d’une entreprise ambitieuse et globale visant à faire du pouvoir judiciaire la position prestigieuse inscrite dans la constitution ».

Aussi, au sujet de la nouvelle constitution, le premier responsable du secteur de la Justice a ajouté : « la constitution renforce  le statut du pouvoir judiciaire grâce au dernier amendement et appuie  sa mission de garantir les droits et libertés et de protéger la société ».

 Et d’ajouter : « L’objectif était de permettre au pouvoir judiciaire de concilier la préservation des libertés et la garantie de la sécurité publique. Les nouvelles dispositions constitutionnelles ont renforcé les pouvoirs du pouvoir judiciaire en renforçant son rôle et en renforçant son indépendance », a €explicité Abderrachid TABI

Au sujet du pouvoir judiciaire, Abderrachid TABI a fait savoir que : «  le pouvoir judiciaire est  face à une responsabilité historique, à laquelle l’attention des citoyens est dirigée pour appliquer la loi, avec son texte et son esprit, à tous sans discrimination ni exception ».  Tout en attirant l’attention  sur  la lutte contre les  dangers  qui menacent la paix sociale.

Enfin, le ministre de la Justice garde des sceaux «a précisé que la zone dans laquelle évolue la magistrature est la zone définie par les lois de la République et qui est mise en œuvre par des magistrats qualifiés. Indépendants qui ne se fient qu’à leur conscience professionnelle, à la loi fondamentale et aux règles professionnelles », a –t-il conclu.

Ferhat Zafane