Abderrazak Henni, S.G du ministère de la Poste et des Télécommunications:Un administrateur moderne

TELECOMMUNICATIONS

Abderrazak Henni Secrétaire général du ministère de la Poste et des Télécommunications

Un administrateur moderne

Brahim Boumzar, ministre de la Poste et des Télécommunications, a procédé à l’installation de Abderrazak Henni en tant que Secrétaire général du ministère. Une nomination amplement méritée au vu du parcours professionnel d’Abderrazak Henni.

Un parcours jalonné de succès. En effet, Abderrazak Henni, a, à son actif, l’instauration, en 1990, du système d’orientation des nouveaux bacheliers, un système toujours d’actualité. Dans le milieu de la justice, on lui reconnaît également la mise en place du casier judiciaire en ligne, l’interconnexion entre les cours de justice, le suivi en ligne du dossier du justiciable, l’ensemble de l’infrastructure réseau… Une mission très bien accomplie, et dont les résultats sont très palpables sur le terrain. Chercheur-informaticien et après un internat à Constantine, il poursuit ses études secondaires, son ingéniorat en informatique, au CERI d’Alger puis à l’université Pierre-et-Marie-Curie – Paris VI où il obtient, en 1989, son doctorat d’État sur « les systèmes informatiques ».

De 1989 à 1992, il est enseignant à l’Institut national d’informatique (INI) où il cumulera les poste d’enseignant et de directeur général jusqu’en 2003. Il développe et met en place un système d’orientation pour les nouveaux bacheliers, fonctionnel jusqu’à ce jour. Détaché de l’INI, les pouvoirs publics lui confient une importante mission.

Une commission nationale est alors installée au ministère de l’Intérieur, pour éviter à l’Algérie le bug causé par le passage à l’an 2000. La responsabilité est énorme. Il y travaille d’arrache-pied, de 1998 à 1999.

Une mission accomplie avec succès qui lui a valu la reconnaissance du ministre de l’Intérieur d’alors.

Ce qui lui vaut d’être chargé d’une autre mission non moins importante, au ministère de la Justice cette fois, où il aura à s’occuper d’un des quatre axes résultant de la commission mise en place par l’ancien président de la République en 1999 sur la réforme de la justice et la modernisation du secteur. On lui doit en outre l’accès aux handicapé(e)s moteurs, facilitant leurs déplacements, aux non-voyants par l’introduction du braille et /ou langage des signes pour les sourds-muets.

Le professeur Henni occupait alors le poste de directeur général de la modernisation de la justice. Cette commission que présidait le défunt Mohand Issad, s’est attelée à réviser la législation, à créer ou à modifier les lois pour s’adapter aux mutations mondiales, à moderniser la ressource humaine, l’appareil judiciaire, à réformer le statut du magistrat et du Conseil national de la magistrature et l’administration judiciaire.

Abderrazak Henni a été aussi secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle, secrétaire général au ministère de l’Industrie de la PME et de la PMI, et récemment, directeur général de la modernisation de l’administration au ministère de l’Intérieur et des Collectivité locales.

Articles récents

Articles similaires