Abi Bushraya al-Bashir à propos de la rupture entre Alger et Rabat : « Une preuve que le conseil de sécurité doit régler le problème de l’occupation marocaine au lieu de le gérer»

Abi Bushraya al-Bashir à propos de la rupture entre Alger et Rabat : « Une preuve que le conseil de sécurité doit régler le problème de l’occupation marocaine au lieu de le gérer»

Membre du Secrétariat national du Polsiario, Ambassadeur en charge de l’Europe et de l’Union européenne, Abi Bushraya Al-Bashir, a affirmé que « la récente décision de l’Algérie de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc contribuer à déplacer les eaux stagnantes du Sahara.

Il y trouver une solution sur la base des résolutions des Nations Unies et mettre fin à l’occupation marocaine de certaines parties du Sahara occidental.

L’ambassadeur sahraoui a déclaré dans une déclaration à la radio algérienne que cette évolution enregistrée dans la région devrait conduire le Conseil de sécurité et la communauté internationale à adopter une nouvelle approche basée sur une résolution sérieuse du conflit au lieu de continuer à le diriger sans horizon, c’est ce que le peuple sahraoui et les peuples de la région paient au prix fort.

Il a également précisé que la position de l’Algérie sur la question sahraouie, exprimée récemment par le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, réaffirme la position que tout le monde connaît, en harmonie avec l’histoire de l’Algérie, dont le titre le plus marquant est la libération et l’autodétermination d’une part, et d’autre part, l’engagement et la fidélité de l’Algérie à ses responsabilités et à ses positions de principe envers tous les peuples en lutte dans toutes les parties du monde, en particulier les peuples sahraoui et palestinien.

Abi Bushraya a souligné que la position de l’Algérie est cohérente et de principe depuis le début du conflit et n’a jamais changé malgré tous les événements et changements que ce pays frère a traversé et la succession des présidents et des gouvernements, et qu’il est nécessaire de donner à la Peuple sahraoui la possibilité d’exprimer son droit à travers un référendum d’autodétermination, dont bénéficient le peuple algérien et tous les peuples.

Il a ajouté : « L’Algérie a souligné plus d’une fois qu’elle rejetait la politique consistant à imposer le fait accompli et à intimider les parties étrangères pour imposer certaines positions, et également en tant que pays observateur dans le conflit sahraoui-marocain, et sur la base de son statut juridique et de sa responsabilité et n’accepte pas de bafouer la légitimité internationale et les droits du peuple sahraoui à l’indépendance et à la liberté ».

Concernant la position de l’Algérie, Abi Bushraya al-Bashir déclare : « Nous, du gouvernement sahraoui et du Front Polisario, valorisons cette position et le monde, qui sait très bien que l’Algérie est un pays qui ne transige pas dans ses principes, ni hier, ni aujourd’hui, ni demain, ni sous quelque justification que ce soit ».

L’ambassadeur sahraoui a expliqué que la décision souveraine de l’Algérie de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc, même s’il s’agissait d’un événement lié aux relations bilatérales entre les deux pays et ses raisons sont claires, mais le retrait du Maroc de ses obligations internationales concernant le référendum d’autodétermination et son tentative d’imposer le fait accompli est l’une des raisons de cette rupture, rappelant que le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays au milieu des années quatre-vingt du siècle dernier, visait principalement à créer l’atmosphère propice au lancement de la l’Union du Maghreb arabe, qui a longtemps fait rêver les peuples de la région d’une part.

D’autre part – ajoute l’ambassadeur sahraoui – permettant la décolonisation du Sahara occidental sur la base du référendum d’autodétermination. Mais des décennies plus tard, la situation est claire et l’Union du Maghreb est suspendue par une décision marocaine.

Quant au référendum, il a été entravé et rejeté par le Maroc. De plus, l’intimidation de partis étrangers hostiles aux peuples de la région dans son ensemble, pensant que cela leur permettra d’imposer un fait accompli et de réaliser leurs désirs dans la région est une position dangereuse et irresponsable, qui est catégoriquement rejetée par le République sahraouie, ainsi que l’Algérie et le reste des pays de la région.

R.N.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,319SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles