Adrien Bobker, ancien membre des commandos français : « Les milices néonazies commettent des crimes de guerre en Ukraine » au vu et au su des Occidentaux »  (vidéo)

Adrien Bobker, ancien membre des commandos français : « Les milices néonazies commettent des crimes de guerre en Ukraine » au vu et au su des Occidentaux »  (vidéo)

La désinformation et la censure occidentales, poussées jusqu’à l’outrance et la caricature, ne pouvaient rester cachées aux yeux de l’opinion mondiale. Les technologies de communication modernes permettent en effet de communiquer et d’informer la planète entière en temps réel. Un des témoins privilégiés de cette regrettable guerre que l’OTAN et les Américains ont cherché de tous leurs vœux, Adrien Bobker ancien soldat des forces spéciales françaises, en revient désabusé et outré à la fois. Porteur de témoignages explosifs et accablants à la fois, il commence (à partir de la 17e minute de cette vidéo) dont le lien clôt cet article, par reprocher à de nombreux journalistes occidentaux, notamment américains, de grimer la vérité et de mentir délibérément à leurs lecteurs, téléspectateurs et auditeurs. Il en veut pour preuve que toutes les bavures, comme il s’en commet inévitablement dans tout conflit armé, sont systématiquement et abusivement attribuées à l’armée russe. Cette approche médiatique tronquée et manichéenne, vise à tromper et à manipuler délibérément l’opinion publique. Adrien Bobker parle dans son témoignage de « nombreux crimes de guerre » commis délibérément par la brigade néonazie Azov, incorporée à l’armée ukrainienne régulière, et dont les membres bénéficient même d’une solde conséquente. Ces derniers, s’indigne Adrien Bobker, se baladent au vu et au su de tout le monde avec l’insigne SS collé à leurs bras. Suivent alors les témoignages qui font mal au cœur, que Adrien Bobker assume pleinement pour avoir gardé à son niveau les vidéos qui en attestent l’authenticité. « lorsque des soldats russes capturés, ramenés habituellement dans des camionnettes banalisées », les éléments d’Azov commencent systématiquement par demander aux  captifs en russe ou en biélorusse qui est leur officier dès leur descente du véhicule. Tous les soldats russes faits prisonniers se prennent immédiatement une  balle dans les genoux. Et si un soldat russe a le malheur de répondre que c’est lui l’officier, c’est carrément une balle dans la tête qu’il reçoit en guise d’exécution sommaire ». des scènes aussi atroces ont été constatées par Adrien Bobker aussi bien à Boutcha qu’à Kiev ou Marioupol. Autre crime de guerre dûment constaté et attesté par Adrien Bobker : les soldats ukrainiens reçoivent des armes et surtout des munitions en quantités industrielles de la par des dirigeants occidentaux. Or, ces cargaisons, qui sont soigneusement dissimulées dans des colis DHL banalisés, sont discrètement stockées dans des habitations civiles. Cette manière de prococéder foule délibérément aux pieds les conventions de Genève concernant le déroulement des conflits armés. Elle confirme au passage que l’armée ukrainienne se sert bel et bien des populations civiles en tant que boucliers humains. Enfin, Adrien Bobker raconte comment les néonazis fantasment à haute voix devant lui comment ils  dépèceraient avec bonheur tous les juifs ou personnes de couleur noire qu’ils pourraient avoir l’heur de croiser.

Kamel Zaidi

Related Articles

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,310SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles