ANADE : remboursement de 25 milliards de centimes au profit de 146  entreprises en difficulté

ANADE : remboursement de 25 milliards de centimes au profit de 146  entreprises en difficulté

En mise en œuvre des axes de la nouvelle stratégie adoptée par le ministère délégué auprès du Premier ministre chargé des micro-entreprises, pour relancer l’Agence Nationale d’Appui et de Développement de l’Entrepreneuriat (ANADE), ainsi que pour prendre en charge les micro-entreprises en difficulté en compensant leurs dettes par le fonds commun de garantie pour assurer  les dangers des prêts que leur accordent les jeunes porteurs de projets ou rétablir leurs activités selon chaque cas, à cet effet, Nassim Diafat, a indiqué, ce dimanche 19 septembre 2021, dans un communiqué publié sur sa page Facebook, que 146 dossiers avaient été acceptés pour remboursement des dettes des entreprises en difficulté sur les 500 dossiers à l’étude.

Selon la même source, il s’est tenue au siège de l’ANADE, la vingt et unième séance de travail du comité de garantie, composé de représentants du fonds de caution mutuelle de garantie risques des crédits accordés aux jeunes entrepreneurs et de l’ANAD chargée d’étudier ces dossiers, avec des séances programmées chaque semaine.

Ainsi, lors de cette réunion tenue au niveau de l’ANADE, 500 dossiers déposés par les représentants des banques de ka wilaya de Tizi-Ouzou, d’Alger et d’El Tarf, ont été examinés dont 146 dossiers de remboursements acceptés, pour plus de 25 milliards de centimes.

Il a été également décidé le report de 337 dossiers d’établissements étant en état d’activité pour les réétudier et leur apporter l’accompagnement nécessaire par l’ANADE en rééchelonnant leurs dettes et leur octroyer des plans de charges pour relancer leurs activités à travers des conventions signées.

Par ailleurs, le ministre délégué a également annoncé la régularisation définitive de cinq dossiers par les propriétaires de micro-entreprises en payant leurs dettes auprès des banques et agences. Toutefois, 12 dossiers ont  été envoyés aux banques pour non-respect des conditions d’indemnisation.

Enfin, il est à savoir que le nombre de mini-entreprises défaillantes dont les dossiers ont été étudiés lors de la vingt et unième session a atteint (10 599) dossiers.

Yahia Maouchi