Après prés de huit mois de vacances forcées : Une rentrée scolaire « particulière »

Après prés de huit mois de vacances forcées : Une rentrée scolaire « particulière »

Jamais depuis l’indépendance, une rentrée des classes, n’a suscité  autant d’indécisions, de craintes et de compréhension. En effet, sauf pour la rentrée scolaire 1994/1995, marquée par la grève du cartable de toute la Kabylie, tout s’était déroulé pour le mieux.

Même durant la décennie noire, les écoles étaient ouvertes. Mais, en ce 2020, le Sars-CoV-2, le nom officiel du nouveau coronavirus identifié le 9 janvier 2020 dans la ville de Wuhan, chef-lieu de la province du Hubei en Chine, a non seulement faussé tous les calcules, mais, a également forcé toutes la famille éducative  à des vacances qui durent depuis prés de huit mois. Seulement, « les élèves doivent regagner les bancs de l’école », soutiennent les spécialistes, d’autant que la situation pandémique, est « maîtrisée ».

Ainsi, près plusieurs mois de confinement, les élèves reprendront dès ce mercredi le chemin de l’école. Une rentrée scolaire particulière qui intervient dans un contexte de pandémie mondiale. Pour les retrouvailles, les enseignants comptent bien booster le moral des élèves, les rassurer et surtout les sensibiliser aux mesures de prévention contre le Covid19.

Le cours inaugural portera inévitablement sur la pandémie et les moyens de se prémunir. Dans un reportage diffusé, sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, les enseignants interrogés sont tous catégoriques sur la nécessité de contribuer à sensibiliser les élèves et aussi les parents au respect du protocole sanitaire pour réussir la rentrée.     

La rentrée scolaire «n’aura rien de commun avec les années précédentes», estime une enseignante qui compte consacrer son premier cours pour parler aux élèves de «comment se conduire en classe et dans l’enceinte de l’école». Malika, une autre enseignante a, pour sa part, préparé une séance vulgarisation sur Covid19. «On va faire un petit rappel sur ce virus, sa transmission et insister sur les mesures de prévention». 

Les enseignants sont conscients de l’état psychologique des élèves. Ils comptent leur faciliter la réadaptation en milieu scolaire. Assia Saïdoune, enseignante à Alger, s’attend à recevoir des «élèves paniqués» et se donne pour mission des les aider à surmener cette étape en les rassurant.

 

Articles récents

Articles similaires