Asphyxiés et en pleine faillite : Les professionnels du tourisme s’insurgent

Asphyxiés et en pleine faillite : Les professionnels du tourisme s’insurgent

Sous de fallacieux prétextes n’ayant rien à voir avec cette pandémie de coronavirus, le Maroc officiel a œuvré à verrouiller ses frontières. Son tourisme, qui représente son principal poumon économique et financier, s’en ressent forcément. Cette fermeture, liée avant tout au besoin d’étouffer la montée en puissance de la contestation sociale, à laquelle il faut ajouter son entrée en guerre avec l’armée sahraouie, s’avère ainsi être une arme  double tranchant. « Ouvrez les frontières », ont ainsi scandé des milliers de professionnels du tourisme, sortis dans la rue pour manifester. Les professionnels de l’industrie du tourisme au Maroc ont ainsi manifesté mercredi pour dénoncer la fermeture des frontières, en vigueur depuis deux mois pour juguler la propagation du variant Omicron mais qui plombe ce secteur vital de l’économie. Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat à l’appel de l’Association nationale des agences de voyages (ANAV), près de 200 voyagistes, renforcés par des milliers de travailleurs de ce secteur, ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu’au 31 janvier. « La fermeture nous assène un coup très dur puisque nous sommes maintenant à l’arrêt alors que nos charges sont toujours fixes », a déploré Mimoun Azzouzi, propriétaire d’une agence de voyage à Témara, près de la capitale. « Nous avons été obligés de fermer à cause de la pandémie et malgré ça, nous avons maintenu les salaires de nos travailleurs », a-t-il expliqué. Ces voyagistes se disent « exclus » du plan de soutien au tourisme de deux milliards de dirhams (190 millions d’euros) approuvé le 18 janvier par le gouvernement. L’aide prévoit le versement d’une indemnité de 2.000 dirhams (190 EUR) par mois durant le premier trimestre 2022 pour l’ensemble des employés de ce secteur qui pesait près de 7% du PIB marocain en 2019. Ces mesures n’apaisent pas la colère des opérateurs qui ont aussi manifesté mercredi à Marrakech, la capitale touristique du royaume chérifien, ainsi que dans d’autres villes touristiques comme Essaouira, sur la côte atlantique, Erfoud et Zagora (sud), près de la frontière algérienne, selon les médias locaux. « Le peuple veut la réouverture des frontières », scandaient des centaines de protestataires, sinon davantage, à Marrakech, selon des vidéos publiées sur Facebook. Interrogé lundi au parlement, le chef de la diplomatie Nasser Bourita a estimé qu’il était « important de rouvrir les frontières aériennes comme il est important de suivre l’évolution de la pandémie ». cette grogne, loin d’être un phénomène isolé, fait chanceler le trône de Mohamed VI tout en menaçant de le renverser avec son contenu…

Kamel Zaidi

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,313SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles