Assassinat de Djamel : un mandat d’arrêt international lancé contre Ferhat Mehenni

Assassinat de Djamel : un mandat d’arrêt international lancé contre Ferhat Mehenni

En conférence de presse, le procureur général d’Alger a annoncé ce jeudi la mise sous mandat de dépôt de 88 personnes, dont trois femmes, suspectées d’être impliquées dans l’assassinat du jeune Djamel Bensmaïl à Larabaâ Nath Irathen.

En parallèle, quatre autres personnes sont mises sous contrôle judiciaire. « Les personnes impliquées dans ce meurtre ont utilisé la force et la violence », a-t-il affirmé en réponse à la question d’un journaliste.

Le procureur général d’Alger a révélé, dans ce contexte, qu’au moins vingt-neuf suspects sont en état de fuite. Elles ont été identifiées, selon lui, tout comme les commanditaires.

Pour lui, tout est clair comme l’eau de roche : le MAK est largement impliqué. « Sur la totalité des personnes arrêtées, vingt-quatre sont des membres du mouvement terroriste séparatiste », indique-t-il.

Pour ce qui est des gros bonnets, une partie d’entre eux se trouve à l’étranger. Par conséquent, des mandats d’arrêt internationaux seront lancés incessamment, y compris contre Ferhat Mehenni, leur leader.

Dans ce sillage, le procureur général d’Alger a lancé un appel aux pays, qui les abritent, à travailler en bonne intelligence avec la justice algérienne. Il se dit confiant qu’ils seront coopératifs, donnant l’exemple des extraditions récentes vers Algérie d’Abdelmoumen Ould Kaddour, ancien PDG de Sonatrach, et de Mohamed Abdellah, un gendarme déserteur.

Skander Boutaiba