Aziz Hennaoui, SG de l’observatoire marocain contre la normalisation avec l’entité sioniste : « Le Maroc est la succursale de l’entité sioniste au niveau de l’UA »

Aziz Hennaoui, SG de l’observatoire marocain contre la normalisation avec l’entité sioniste : « Le Maroc est la succursale de l’entité sioniste au niveau de l’UA »

Aziz Hennaoui, secrétaire général de l’Observatoire marocain de lutte contre la normalisation avec l’entité sioniste, a déclaré tout haut ce que tout le monde savait, et pensait tout bas. Ce dernier, sur sa page Facebook, s’est fendu d’un post virulent dans lequel il a vertement tancé et accusé les dirigeants du royaume chérifien d’être la « succursale diplomatique de l’entité sioniste au sein des instances de l’UA (union africaine).

Cette gravissime accusations, s’il en fut, est d’autant plus accablante que le roi Mohamed VI est le président de la commission A Qods. Sa trahison de la cause palestinienne et sa complicité avec l’entité sioniste en est d’autant plus inacceptable et impardonnable.

Pour rappel, une levée de bouclier quasi-généralisée avait accompagné la décision unilatérale de Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l’UA,, sans doute manipulé par Rabat et Paris, d’accepter cette intrusion sans demander l’avis de ses pairs. La levée de bouclier générale de la quasi-totalité des Etats membres contre la décision unilatérale prise par le tchadien Moussa Faki Mahamat d’accepter l’entrée d’un représentant de l’entité sioniste en qualité d’ » »observateur  bel et bien fini par porter ses fruits. La Ligue arabe a, du reste, fini par joindre sa voix à ces messages eu communiqué de protestation émis pat plus d’une quinzaine de pays, sachant que cette liste est appelée à s’allonger grâce à la diplomatie et à l’entregent de notre ministre des Affaires Etrangère, Ramtane Lamamra.

On apprend en effet que le Conseil Exécutif de l’UA (union africaine), a décidé de se réunir à la mi-octobre dans le but de statuer sur cette décision tout porte à croire que le sieur Faki sera désavoué par ses pairs, mais aussi déchargé de sa responsabilité en sa qualité de président de la commission de l’UA. L’entité sioniste en effet évolue selon des canons inscrits en faux des principes de base défendus par le continent noir.

L’entité sioniste, qui opprime et oppresse le peuple palestinien, commet en effet des crimes contre l’humanité à travers ses colonies sauvages, sans parler du racisme vertement appliqué à l’endroit des juifs de couleur noire et d’origine africaine. Certes, cette arrivée impromptue ne devrait avoir aucun impact sur les activités futures de l’UA et sur ses prises de décision. Mais il n’en demeure pas moins que sur le plan formel, et sur celui des principes, cette entrée ne saurait être acceptée tacitement au regard de l’impact médiation-politique que celle-ci risque d’avoir sur les courts et moyens termes. Pour s’en convaincre, il suffit juste de jeter un coup d’œil sur les médias sionistes, et voir l’exploitation éhontée et la surmédiatisation qui en a été faite.

Ali Oussi