Benabderahmane révèle : La BNA et la BADR vont proposer  des produits de finance islamique

Benabderahmane révèle : La BNA et la BADR vont proposer  des produits de finance islamique

Le ministre des Finances, Aymen Benabderahmane, a révélé dimanche, sur les ondes de la radio nationale, les noms des deux banques publiques qui comptent proposer des produits de finance islamique dès le mois d’août prochain.

Il s’agit de la banque nationale d’Algérie (BNA) et de la banque de l’agriculture et du développement rural BADR). Ce sont ces deux banques qui ont avancé dans la préparation de ce nouveau produit financier.

La veille, le premier argentier du pays avait déclaré aux journalistes, que la finance islamique était devenue « une réalité depuis la promulgation par la Banque d’Algérie (BA) du règlement définissant les opérations y afférant et les règles de son exercice ». En introduisant la finance islamique dans les circuits bancaires publics, les pouvoirs publics tentent notamment, d’ «attirer la liquidité financière thésaurisée ou celle circulant sur le marché parallèle ».

Selon les chiffres officiels, une masse monétaire impressionnante circule dans le marché informel, évaluée à quelque 60 milliards de dollars, sans compter les milliards thésaurisés par les Algériens, car ne faisant pas confiance à l’administration publique. L’objectif du gouvernement à travers les réformes envisagées, notamment bancaire et fiscale, est de redonner confiance aux citoyens en l’administration, et surtout la banque qui, selon le ministre des Finances, doit , entre autres prestations, « démocratiser le crédit jusque-là réservé à une certaine caste ».

Ad. M.