Bourita devrait être sacrifié à l’occasion du remaniement ministériel prévu au Maroc : Sacrifie d’un « fou » contre une tour d’ivoire

Bourita devrait être sacrifié à l’occasion du remaniement ministériel prévu au Maroc : Sacrifie d’un « fou » contre une tour d’ivoire

Le Maroc est bel et bien dans tous ses états. Son exercice électorale, dont il voulait tire de substantiels bénéfices médiatiques et diplomatiques, ne lui aura servi à rien, in fine. Même sa MAP, l’agence de presse officielle du royaume chérifien, peine à convaincre ses plus invétérés affidés que le Maroc aurait accompli un bond de géant en matière de pratiques démocratiques et pluralistes. Sic ! En effet, s’il est de notoriété publique, images accablantes et affligeantes à l’appui, qu’aucun Sahraoui n’est allé voter au niveau des territoires occupés, et que le Maroc a frontalement défié le conseil de sécurité de l’ONU en organisant une parodie de vote au Sahara Occidental, pays colonisé et classé « territoire non-autonome » par l’ONU », force est de relever également que la totale liquidation du PJD (parti pour la justice et la démocratie), relève carrément d’une grossière manoeuve à travers laquelle le palais royal a cherché à se débarrasser des islamistes, jugés désormais « trop encombrants ». La fraude électorale et le règlement de compte contre les islamistes du PJD y sont flagrants. Preuve en est que Mohamed VI a décidé de rappeler à ses côtés ses amis et alliés du RNI (rassemblement national indépendant, du milliardaire Aziz Akhanouh, désormais chef du gouvernement, et du PAM (parti pour la modernité et l’authenticité) de Fouad El-Himma. Ces deux hommes sont en effet de proches amis, pour ne pas dire complices, de Mohamed VI. Celui-ci, dans une tentative désespérée de violemment redresser la barre face à la catastrophe dans laquelle il s’est jeté lui-même tête baissée, aurait résolu de sacrifier son âme damnée et homme des « sales boulots » qu’est Nacer Bourita. C’est la presse marocaine qui s’en est faite l’écho.or, il n’y a certainement pas de fumée sans feu. Mohamed VI, dopé par les encouragements de Trump a en effet été mené en bateau par ses complices et conseillers sionistes. Le professeur Yahia Zoubir, très au fait de ce genre de questions, dans un entretien qu’il nous avait accordé au mois de décembre passé, prévoyait dés le mois de décembre passé que Tel Aviv n’ouvrira jamais une représentation diplomatique à Dakhla ou à Laâyoune, dans les territoires occupés sahraouis. Même Washington a fini par y renoncer à son tour. C’est dire que l’annonce de Trump sur la prétendue « marocanité du Sahara Occidental », déjà dénoncée par toute la communauté mondiale, a lamentablement fini en queue de poisson. A présent Mohamed VI fait irrésistiblement penser à cette pathétique grenouille qui voulait se faire plus grande qu’un bœuf. S’il regrette ses provocations et ses complots inconsidérés, et s’il cherche indirectement à renouer avec Alger, il n’a aucune chance d’y parvenir, ne serait-ce qu’en partie. Pour se sortir du mauvais pas dans lequel il s’est lui-même fourré, il n’a qu’à appeler au-secours ses complices sionistes, avec leurs très éclairés conseils…

Mohamed Abdoun