Bouzid Lazhari : «Nous appelons les femmes battues à signaler les violences faites à leur encontre »

Bouzid Lazhari : «Nous appelons les femmes battues à signaler les violences faites à leur encontre »

Le président du Conseil national des droits de l’homme (CNH), Bouzid Lazhari, a appelé les femmes battues à dénoncer les violences faites à leur encontre, soulignant que l’Etat prendra soin d’elles.

« Nous avons été informés par le représentant de la police que 10 400 plaintes pour violence ont été enregistrées au cours du mois d’octobre », déplore M. Lazhari. Et d’ajouter :« Violer les femmes n’a rien à voir avec notre religion, notre morale et nos traités internationaux. Nous appelons les femmes battues à dénoncer ce à quoi elles sont exposées, et l’Etat s’occupera du reste » a-t-il promet.

Dans le même sillage, le conférencier rappelle qu’il attendait une loi définissant précisément les moyens d’aide destinés aux femmes battues. «  Nous encouragerons les femmes et les filles à dénoncer leurs violences faites à leur encontre, à ne pas se taire face à l’injustice », a-t-il insisté.

Par ailleurs, M. Lazhari, a appelé à la généralisation des centres de soins pour femmes battues, en particulier au niveau de la campagne, où les hommes sont toujours confrontés à un complexe de violence et d’expulsion des femmes du foyer. « Là où la femme est obligée dans la plupart du temps de dormir dans la rue, où des énergumènes  les exploitent à d’autres fins » dénonce  Bouzid Lazhari.

En répondant à une question sur la protection des enfants contre les enlèvements et les meurtres, Lazhari a déclaré que ce phénomène dangereux n’était pas un comportement de l’État. «Tuer des enfants n’est pas l’action d’un État, mais plutôt des personnes vivant en société», a-t-il ajouté, précisant que le premier défenseur des droits, en particulier des enfants, c’est la justice. « La police judiciaire intervient directement contre les accusés, et la loi s’applique à eux » rappelle-t-il.

Enfin, M. Lazhari appelle enfin, à rester ferme et résolu contre ces comportements dangereux qui menacent la société, au vu de leur recrudescence enregistrés ces derniers temps.

Yahia Maouchi