Brahim Ghali, président sahraoui : « Pas de cessez-le-feu sans solution juste à notre conflit »

Brahim Ghali, président sahraoui : « Pas de cessez-le-feu sans solution juste à notre conflit »

Le président sahraoui, Brahim Ghali, qui a repris sur les chapeaux de roues ses activités à la tête de la RASD (république arabe sahraouie et démocratique) et du front Polisario (unique représentant légitime du peuple sahraoui, a réitéré la position de base de son pays concernant le laxisme et les demi-mesures de l’ONU face à la politique marocaine basée sur le fait accompli, et copiée sur ce que fait son allié et complice sioniste en Palestine occupée. Le Président de la République sahraouie et Secrétaire général du Front Polisario, brahim Ghali, a en effet affirmé qu’il n’y aura pas de cessez-le-feu avant un règlement juste de la cause sahraouie, permettant au peuple sahraoui d’exercer leur droit légitime à la liberté et à l’indépendance. Le Président de la République, dans un discours prononcé lors de sa supervision de la conclusion des travaux du VIe Forum de l’Administration et de la Gestion aujourd’hui dans l’Etat de Boujdour, a souligné que toutes les options sont sur la table pour rechercher une solution à la question qui permettrait au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination, à l’exception d’un cessez-le-feu. Le président Ibrahim Ghali a réitéré que toutes les options qui peuvent être utilisées pour trouver une solution à la question sahraouie sont disponibles, à l’exception du cessez-le-feu qui a été violé par le Maroc. En revanche, le Président de la République, le Secrétaire Général du Front, le Commandant Suprême des Forces Armées, a salué les unités de l’Armée Populaire Sahraouie de Libération pour leurs efforts, notamment après la reprise de la lutte armée, saluant les efforts qu’ils accomplissent au quotidien, car ils sont le fer de lance de la confrontation actuelle avec l’occupation marocaine. Le président Ibrahim Ghali a également salué la fermeté des masses de la terre occupée, et ce qu’elles font face à l’arrogance de l’occupation, en particulier ce à quoi la militante Sultana Khaya et sa famille sont exposées, louant sa fermeté face à toutes les tentatives et complots qui se trament contre elle et sa famille. (privé)

Rafik Bakhtini