Brouille entre Berlin et Rabat : le contre-espionnage allemand évente un grave complot marocain

Brouille entre Berlin et Rabat : le contre-espionnage allemand évente un grave complot marocain

Le journal EL ESPAÑOL vient de jeter un véritable pavé dans la mare. Il révèle, en effet les raisons cachées de la brouille advenue entre le Maroc et l’Allemagne. Les services du contre-espionnage berlinois ont en effet mis à jour un vaste complot ourdi par les barbouzes du roi Mohamed VI en Europe centrale, et en Allemagne notamment.

« Le contre-espionnage allemand a obtenu des « informations secrètes et sensibles » au Maroc sur les plans organisés par Rabat pour agir dans le pays européen, comme l’ont expliqué à EL ESPAÑOL des membres du renseignement étranger.

L’intention était de devenir un allié de l’Allemagne dans la lutte contre le crime organisé. En contrepartie, il souhaite que Berlin reconnaisse la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental », écrit notamment ce journal. Mais, l’illusion n’a pas trompé les services secrets allemands.

Il est de notoriété publique que les éléments d’Abdellatif Hammouchi, pour faire du chiffre, et créer l’illusion qu’ils agissent efficacement contre le terrorisme islamiste, s’en prennent à de pauvres sujets marocains, qu’ils obligent à commettre les aveux les plus fous sous la pire des tortures.

Ils essayent aussi de faire accroire aux Européens que des connexions existeraient entre le Polisario et le terrorisme islamiste armé, afin de décrédibiliser ce mouvement de résistance qui se bat pour l’indépendance et l’émancipation de son peuple. De dangereuses connexions terroristes existent en effet entre les barbouzes marocaines et les groupes criminels islamistes sévissant au Sahel.

Le MUJAO (mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’ouest est en effet une pure création des services marocains, comme l’a maintes fois affirmé l’actuel ambassadeur sahraoui basé à Alger, Abdelkader Taleb Omar.

« En outre, la position ferme de l’Allemagne sur le droit international a influencé la décision des autres pays européens de prendre position sur le conflit du Sahara Occidental, selon des informations de Paris à Rabat », relève encore le même média, au grand dam de la diplomatie errante de Mohamed VI.

De son côté, à Rabat, il n’y a pas de version officielle des raisons de cette crise, au-delà de ce qui est contenu dans le communiqué du ministère des affaires étrangères, qui fait allusion à des « malentendus profonds sur des questions fondamentales ».

Entretemps, la presse marocaine a concentré le conflit sur plusieurs points : La non-invitation du Maroc par la chancelière Angela Merkel au sommet de la Libye à Berlin en janvier 2020, un drapeau de la République arabe sahraouie (RASD) qui a flotté sur la façade d’un bâtiment public de la ville de Brême à l’occasion du 45e anniversaire de la fondation du Front Polisario, mais aussi le positionnement de l’Allemagne contre le décret présidentiel de Donald Trump reconnaissant la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental le 10 décembre dernier.

Pour l’instant, il y a une impasse bureaucratique à Rabat et à Berlin, qui sera suivie de discussions plus profondes qui pourraient conduire à une rupture à d’autres niveaux.

En cherchant à jouer dans la cour des grands, le Maroc s’est littéralement grillé les ailes. Il va très certainement en payer le prix fort. Son masque est définitivement tombé. Il ne fait plus du tout illusion…

Ali Oussi