CNESE : la normalisation, un gage de compétitivité

CNESE : la normalisation, un gage de compétitivité

«Avec la crise économique actuelle persistante, la recherche de
gisements de croissance à l’international s’impose plus que jamais »,
a déclaré, hier, Reda Tir, président du CNESE dans une allocution lue
en son nom à l’ouverture du séminaire consacré à la normalisation et
le commerce international. A cet égard, explique-t-il, les  «normes
constituent, pour les industriels, un référentiel de base pour la
certification de leurs produits et une forte opportunité de conquête
des marchés extérieurs ».

De nos jours, explique M. Tir, les marchés ne sont plus locaux, la
production de biens et de Services «dépend de plus en plus de la
spécialisation et le positionnement sur les chaînes de valeur
mondiales, les produits circulent librement à travers les frontières,
la qualité des produits et des services devient, ainsi, un facteur
déterminant de la performance de l’entreprise à l’international». Par
ailleurs, le président d u CNESE a souligné que le développement du
système normatif et de conformité «constitue, indéniablement, un axe
important pour la politique gouvernementale en matière de qualité et
de compétitivité, et ce, à travers l’élaboration et l’homologation des
normes pertinentes, mais également à travers la certification des
produits et des systèmes de gestion. »

L’objectif final, enchaîne-t-il, est de «garantir la sécurité des
consommateurs, préserver l’environnement et réaliser de la croissance,
à travers la valorisation d’un marché national à même d’offrir un
meilleur accès, des produits algériens, aux marchés internationaux».
La contribution directe de la normalisation à la compétitivité
économique et industrielle des pays n’est plus à démontrer. La
normalisation et la certification des process et des produits est
perçue, de plus en plus, «comme un outil indispensable pour les
parties prenantes». Ce n’est pas tout. M. Tir fait savoir que la
participation au processus de normalisation «permet, non seulement
d’anticiper les futures règles, mais aussi d’orienter le marché en
faisant valoir les intérêts des uns et des autres».

Yacine Bouali