Confirmation de l’existence de la nation algérienne avant la colonisation française : Une cinglante et suffisante réponse à Macron

Confirmation de l’existence de la nation algérienne avant la colonisation française : Une cinglante et suffisante réponse à Macron

Le journal Le Monde, toujours lui, donnant l’air de s’intéresser de fort près à notre pays, vient de publier une courte mais intéressante contribution sous la plume de Houari Touati, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris. Une fois n’étant pas coutume, cette étude nous confirme ce que nous savions déjà. A savoir que la nation algérienne existait bel et bien avant la colonisation française, et même sans doute sous une forme plus moderne et plus élaborée que ne l’était à l’époque la barbare et criminelle entité française de l’école. Le chercheur émérite Houari Touati, qui cloue le bec à tous ces traitres nostalgiques de l’Algérie française, gravement atteints de ce terrible complexe du colonisé, convoque le maréchal Randon pour éteindre cette fausse et stérile polémique. « S’agissant des artisans de la conquête de l’Algérie, ils n’ont jamais nié avoir rencontré sur le terrain une « nationalité vivace », comme le rappelle en 1858 le gouverneur de l’Algérie, le maréchal Randon, qui fait suite à la déclaration du général Bugeaud devant le Parlement en sa session du 8 juin 1838. Ils n’ont divergé que sur le fait de savoir si cette nationalité qu’ils combattaient préexistait à leur arrivée dans le pays ou si elle était de date récente. Et d’ajouter que « Ceux qui la tenaient pour une nouveauté en avaient attribué l’œuvre au « champion de la nationalité arabe » et de l’« unité nationale » : l’émir Abdelkader. Tout en reconnaissant le rôle de ce dernier, les autres en ont fait moins le fondateur que le restaurateur, après que les Turcs l’eurent mise à mal ». Le débat n’en est pas clos pour autant. Macron, qui a minutieusement préparé, prémédité et tissé ses banderilles à planter dessus les flancs de la nation algérienne, n’a sans doute pas posé innocemment cette question relative à l’antériorité de l’existence de notre nation à l’invasion française. La meilleure preuve pouvant étayer ces dires vient d’un article écrit par un média sioniste et foncièrement hostile à l’Algérie. Celui-ci exhume des archives une vielle vidéo d’un discours de de Gaule, posant la même question que celle de Macron, pour y répondre aussi, mais à sa manière. Si ce discours, sorti de son contexte historique a lui aussi représenté une attaque contre l’Algérie, cela se passait e pleine guerre de libération nationale, et de cuisante défaite française face à la vaillance de nos valeureux moudjahidines de l’ALN. En un mot comme en mille, la sortie de Macron, qui craint pour son second mandat, et qui ne peut rien refuser au Maroc pour les sombres raisons « mamounisées » que l’on subodore aisément, n’est absolument pas innocente. Elle répond à un agenda soigneusement mis au point par ces officines que dérange fortement le retour en force de notre diplomatie sur les devants de la scène internationale.

Ali Oussi