Contribution de Yasmina Houmad : Le nouvel horizon

Contribution de Yasmina Houmad : Le nouvel horizon

 

Deux ans d’actions fortes et pertinentes, de mise en œuvre effective des promesses électorales données au peuple algérien, tel est le bilan élogieux du président Abdelmadjid Tebboune avec notamment une véritable moralisation de la vie publique et politique. Les Algériens ont fait le bon choix,celui de l’homme de la véritable rupture avec un système prédateur.
Pourtant, de pseudo-experts, après avoir aveuglément et pendant tant d’années, servi l’oligarchie politico-financière qui a ravagé le pays et entraîné une ahurissante hémorragie des ressources de la nation, se découvrent maintenant de prétendus vertus « d’inquiétude » sur la situation actuelle et future de l’Algérie.
Comme s’ils feignent de se réveiller enfin d’un si long sommeil ou comme s’ils avaient retrouvé subitement la vie et l’ouïe, ces experts de pacotille versent maintenant, toute honte bue et sans la moindre décence, dans un alarmiste mensonger et de mauvais aloi.

Ne sachant maintenant jouer que les funestes oracles pour véhiculer et propager, de manière ignominieuse, les mauvais présages, ces supposés spécialistes ne cessent de ressasser aujourd’hui le même discours sinistre propagé à l’époque par les valets de l’oligarchie politico-financière, à chaque fois que la population exprimait des velléités de changement de la catastrophique gouvernance présentée comme l’exclusive alternative pour le pays.

En dehors de l’oligarchie politico-financière, point de salut, scandaient-ils matin et soir avec des chiffres pompeux et factices. L’Algerie basculerait soit dans le chaos, soit dans l’extrémisme ravageur des libertés individuelles et collectives.

Il ne pouvait en être ainsi car les Algériens n’étaient pas dupes et avaient ras le bol de la corruption, de la rapine, du clientélisme, des passe-droits, du népotisme et de l’arbitraire.

Siphonner sans limites les ressources du pays et prétendre en même temps les avoir dépensé en projets de développement, l’ex oligarchie politico-financière dansait, en réalité, sur une corde raide qui ne pouvait que casser car les Algériens abhorrent être bernés par une kleptocratie constituée de guignols de pacotille.

Et les évènements ont confirmé qu’il a suffi au peuple de prendre en charge lucidement son destin pour démanteler l’oligarchie politico-financière criminelle prédatrice des biens de la collectivité nationale.
Les premiers ferment de l’Algerie nouvelle et du véritable ETat de droit, profonde aspiration de la majorité des Algériens, sont entrain d’être semés doucement mais sûrement,sans précipitation, ni aventurisme et encore moins irréflexion, n’en déplaise à ces experts-camelote déblayant piteusement encore une fois les prédictions lugubres.
L’adoption de la nouvelle constitution avec un référendum populaire fixé à une grande date charnière de l’histoire contemporaine de l’Algérie, à savoir le glorieux premier novembre, la reconstitution de l’édifice institutionnel du pays par des élections libres et crédibles, le retour gagné dans le concert des nations, la mise en œuvre du programme de gouvernement, axé sur la revitalisation des secteurs économiques, la réorganisation de la gouvernance locale, notamment astreinte à rompre avec la gabegie, la démagogie et la déformation des statistiques et des chiffres.
Les mouvement des cardées et la mise à l’écart de ceux qui n’ont pas pu accomplir les prérogatives qui leur sont dévolues notamment en prenant en charge les préoccupations des citoyens des zones restées à l’écart du développement, zones enclavées,zones déshéritées. Le ferme et multiple combat contre la pandémie, avec son lot de sacrifices, d’abnégation, et de mobilisation double d’un exceptionnel élan de solidarité.
La lutte implacable contre les commanditaires et les exécutants «  des machinations et manœuvres de sabotage » qui avaient touché des secteurs névralgiques du pays pour susciter la colère de la population et sa réaction.
La rupture est ainsi définitivement consolée avec « l’ordre » ancien ou plutôt le le chaos ancien qui avait siphonné les ressources du pays avec une affligeante duplicité, bénéficiant de la complicité, de la collusion et de la connivence de ces faux experts qui tentent aujourd’hui de se donner quelque virginité en usant d’un catastrophisme mensonger et factice.
Un alarmiste contrefait, prôné par les mêmes godillots qui applaudissaient les plus invraisemblables frasques du régime déchu, manipulant outrageusement les indicateurs économiques pour véhiculer une image reluisante des résultats de l’ex oligarchie politico-financière dont la cupidité a dépassé toutes les limites.

Les Algériens ne sont pas dupes, ils s’en souviennent, dédaignant, de manière impavide,ces factices conjectures. Une avancée importante dans la consécration de l’Etat de droit. Autant de jalons ancrés dans seule voie salvatrice pour les Algériens et le pays, la construction d’un véritable État de droit basé sur la justice sociale.

Yasmina HOUMAD

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,306SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles