Contribution du Dr Boudjemâa HAICHOUR:« REVOLUTION NUMERIQUE ET ECONOMIE DES ASSURANCES »

 

« REVOLUTION NUMERIQUE ET ECONOMIE DES ASSURANCES »

« ENGENERIING ASSURANCIEL PILIER DE L’ECONOMIE

(*) Par le Dr Boudjemâa HAICHOUR

Je voudrais tout d’abord remercier les responsables de l’Union générale du patronat algérien d’avoir organisé ce symposium national sur « le Rôle des assurances dans l’activité économique » qu’abrite cette belle ville fascinante d’Oued Souf par ses coupoles au cœur de notre Sahara. Cette ville a longtemps été un vivier de grands entrepreneurs qui ont su apporter leur savoir-faire dans le commerce et les échanges.

Aborder le sujet dans le cadre d’une approche économique suppose que notre pays ait fait une mutation systémique lui permettant d’inscrire l’apport des assurances en tant que choix stratégique du développement macro et micro-économique.

Les assurances deviennent un élément-clé devant optimiser les garanties nécessaires à leurs réels besoins de sécurité dans leurs anticipations et les innovations attendues.

Avec l’entrée des TIC, l’Algérie se projette dans la valorisation des assurances et leur impact économique et financier dans l’entreprise. L’assurance se présente comme un système permettant de prémunir une entreprise, un individu ou une association contre les effets induits d’une situation financière ou économique liée à un risque pouvant survenir. Il existe un code des assurances, un code de la mutualité et un code de la sécurité sociale.

En fait, le champ des assurances couvre presque tous les métiers. Ces assurances touchent les risques d’incendie, d’accidents de tous genres y compris la protection des patrimoines. Il existe également la réassurance, qui est un mécanisme de transfert en tout ou en partie du risque accepté par un assureur vers un réassureur afin de limiter ses engagements, c’est-à-dire une assurance au deuxième degré. L’assurance est un acte de prévoyance permettant d’indemniser les préjudices dans la réalisation des risques (immeubles incendiés, véhicules endommagés).

L’assurance au plan économique est d’abord un moyen de crédit mais aussi une méthode d’épargne ou mode d’investissement.  Les agents d’assurances grâce à cette révolution numérique engagent leurs produits par un marketing approprié avec leurs clients sans attendre l’irruption d’un sinistre. Le fait d’introduire le e-assurance réactive toutes formes de réseaux en termes de prix et de qualité.

Ainsi s’offrent à tout client les différentes spécialisations que peuvent offrir les compagnies d’assurances. Les courtiers sont déjà entrés en jeu pour présenter le meilleur assureur qui répond le mieux à la nature de l’activité pour mieux cerner le risque et proposer la meilleure protection.

En diagnostiquant l’entreprise, le courtier est en mesure de réaliser pour le compte du client autant d’avantages dans sa fonction de « risk-management ».

En fait, l’assureur est un expert du risque. L’avènement du « big-data » en tant qu’accès aux nouvelles technologies digitales constitue une véritable révolution dans le domaine des assurances. L’assurance devient une industrie financière qui se consacre à l’industrie du risque. Par exemple, une entreprise pourra intégrer le coût du risque dans son bilan en minimisant l’incertitude.

La monétisation ou financiarisation apparait et l’assureur évalue le coût potentiel probable des dommages. Il faut retenir que le marché national des assurances a réalisé un chiffre d’affaires de 142,6 milliards de dinars au 31 décembre 2018 contre 139,5 milliards de dinars durant la période 2017, soit une hausse de 2,2% selon les statistiques du Conseil national des assurances.

Si on classe le chiffre d’affaires réalisé par les assurances, on remarque que le chapitre « Dommages » prédomine à plus de 126 milliards de dinars contre 122,11 milliards de dinars à la même période de 2017, soit un accroissement de 3,2% repris du site web du CNA. Par contre, les assurances de personnes ont marqué une baisse de 10,5% en se chiffrant à 12,21 Mds de dinars contre 13,64 Mds de dinars.

En évaluant ce chiffre d’affaires par branches, l’on retient que celui de l’assurance automobile détient 54,7% du portefeuille des assurances « Dommages ». Ce chiffre reste encore le plus important avec 68,9Mds de dinars durant l’exercice 2018 contre 65,59 Mds de dinars en 2017, soit un accroissement de plus 5,2%.

Pour ce qui est de la branche incendie et risque divers (IRD), elle a réalisé un chiffre d’affaires de 46,6 Mds de dinars contre 45,8 milliards de dinars, soit une hausse de 1,6%. Pour la branche « Transport », son chiffre d’affaires a reculé de 1% pour atteindre 5,82 Mds de dinars contre 5,88 Mds de dinars pour l’exercice 2017. Quant au transport aérien, il se chiffre à 1,31 Mds de dinars contre 1,5 Mds de dinars en 2017.

Par contre, le transport maritime a enregistré une bonne performance avec une hausse de 4,4% suivi de celui du transport ferroviaire et terrestre avec des évolutions de 2,2% et 0,7% par rapport à 2017. Pour ce qui est de la branche assurance agricole, celle-ci a régressé de 5,8% due notamment à la sous-branche animale (- 17,3%) surtout au non-renouvellement des contrats bovins souscrits. Sur le même registre, on relève aussi sur le matériel agricole et autres dommages de 23,3% et 5,6%. Il faut signaler une croissance de 86,2% et 0,2% multi risques agricoles et production végétale.

Pour ce qui est des parts du marché, les sociétés publiques d’assurances ont raflé 73% du chiffre d’affaires des assurances de « dommage » atteignant 91,99 Mds de dinars contre 31Mds de dinars pour les sociétés privées et 2,96 Mds de dinars pour les sociétés mixtes, soit 2,3%.

Le rapport du Conseil national des assurances a révélé que les sinistres réglés pour les assurances des dommages se sont établis à 64,44 Mds de dinars au 31 décembre 2018 contre 63,82 Mds de dinars à la fin de décembre 2017. L’activité de la réassurance a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 32 Mds de dinars en 2018 contre 29,5 Mds en 2017.

 

 

Classement 2016 des compagnies d’assurance en Algérie

En milliers

Compagnie Primes émises 2016 Primes émises 2015 Evolution
2015-2016
Parts 2016
En DZD(1) En USD En DZD(1) En USD
Société Algérienne d’Assurance 26 875 000 244 186 27 413 000 257 189 -2,0% 20,7%
Compagnie Algérienne d’Assurance Transport (CAAT) 22 615 000 205 480 21 160 000 198 523 6,9% 17,5%
Compagnie Algérienne d’Assurance et de Réassurance 15 082 000 137 035 16 638 000 156 098 -9,4% 11,6%
Caisse Nationale de Mutualité Agricole 12 649 000 114 929 12 452 000 116 825 1,6% 9,8%
CASH Assurances 9 887 000 89 833 9 946 000 93 313 -0,6% 7,6%
Compagnie Internationale d’Assurarance et de Réassurance (CIAR) 9 182 000 83 428 9 079 000 85 179 1,1% 7,1%
SALAMA Assurances 5 019 000 45 603 4 707 000 44 161 6,6% 3,9%
Alliance Assurances 4 565 000 41 478 4 432 000 41 581 3,0% 3,5%
L’Algérienne des Assurances 3 627 000 32 955 3 594 000 33 720 0,9% 2,8%
Générale Assurance Méditerranéenne (GAM Assurances) 3 329 000 30 247 3 203 000 30 050 3,9% 2,5%
AXA Assurances Algérie Dommage 2 569 000 23 342 2 496 000 23 417 2,9% 2,0%
Trust Algeria 2 453 000 22 288 2 152 000 20 190 14,0% 1,9%
MAATEC 469 000 4 261 553 000 5 188 -15,2% 0,4%
Total assurance dommages 118 321 000 1 075 065 117 825 000 1 105 434 0,4% 91,3%
Taamine Life Algérie (TALA) 2 191 000 19 907 2 131 000 19 993 2,8% 1,7%
Caarama Assurances 2 069 000 18 799 1 784 000 16 737 16,0% 1,6%
Cardif El-Djazair 1 768 000 16 064 1 565 000 14 683 13,0% 1,4%
AMANA Assurances 1 697 000 15 419 1 479 000 13 876 14,7% 1,3%
AXA Assurances Algérie Vie 1 550 000 14 083 1 290 000 12 103 20,2% 1,2%
Macir Vie 1 428 000 12 975 1 358 000 12 741 5,2% 1,1%
Le Mutualiste 507 000 4 607 467 000 4 382 8,6% 0,4%
Algerian Gulf Life Insurance Company (AGLIC) 30 000 273 1 000 9 2900,0% 0,0%
Total assurance de personnes 11 240 000 102 127 10 075 000 94 524 11,6% 8,7%
Total général 1 29 561 000 1 177 192 127 900 000 1 199 958 1,3% 100%

Chiffre d’affaires 2016 ventilé en assurance dommages et de personnes

En milliers

  Chiffre d’affaires 2016 Chiffre d’affaires 2015 Parts de marché 2016
  En DZD(1) En USD En DZD(1) En USD
Assurance dommages
Automobile 65 158 000 592 026 66 848 943 627 177 50,3%
Dommages aux biens 44 242 000 401 983 42 728 977 400 883 34,1%
Transport 6 614 000 60 095 5 652 672 53 033 5,2%
Risques agricoles 2 257 000 20 498 2 591 338 24 312 1,7%
Assurance crédit 50 000 453 3 070 29 0,0%
Total non vie 118 321 000 1 075 065 117 825 000 1 105 434 91,3%
Assurance de personnes
Accident 1 596 000 14 503 1 499 000 14 065 1,2%
Maladie 579 000 5 261 480 000 4 505 0,4%
Assistance 2 820 000 25 615 2 690 000 25 240 2,2%
Vie-Décès 3 974 000 36 118 3 163 000 29 676 3,1%
Capitalisation 19 000 179
Prévoyance collective 2 271 000 20 630 2 224 000 20 859 1,8%
Total vie 11 240 000 102 127 10 075 000 94 524 8,7%
Total général 129 561 000 1 177 192 127 900 000 1 199 958 100%

 

Source : Rapport de la Direction des assurances 2017, ministère des Finances.

 

(*) Par le Dr Boudjemâa HAICHOUR

Dr d’Etat en Sciences économiques

(Modèles de régulation monétaires et financières)

 

BIBLIOGRAPHIE

1-Landel. James  Charré-Serveau Martine, Lexique des termes d’assurance, Paris, 2000.

2-Martin A., Techniques d’assurances, Paris, 2000.

3-Cuilbaut-Latrasse-Eliasberg, Les grands principes d’assurance, l’Argus, Paris, 2011.

4-Sadi-Talbi N. H., « Le secteur de l’assurance dans le développement économique-PME face au risque», doctorat Sciences économiques, Université Béjaia, 2015/16.

5- Lucas Patriat, « Le rôle du secteur de l’assurance dans le développement », CAIRN, n°122, Techniques financières et développement, Paris.

6- https://www.atlas-mag.net/article/classement-des-compagnies-dassurance-selon-le-chiffre-daffaires-2016

7- Rapport de la direction des assurances 2017, ministère des Finances.


LIRE AUSSI:

http://lapatrienews.dz/strategie-covid-19-lalgerie-en-guerre/