Contribution/ L’Amérique pousse l’Europe vers le pourrissement, en Ukraine, pour ne pas dévoiler les dessous d’une nouvelle évolution mondiale

Contribution/ L’Amérique pousse l’Europe vers le pourrissement, en Ukraine, pour ne pas dévoiler les dessous d’une nouvelle évolution mondiale

(*) Par Hassen Kacimi

La situation dans la crise Ukrainienne semble s’emballer et laisse prévoir des perspectives préoccupantes, quand on voit, dans les deux camps, une mobilisation impressionnante de moyens militaires, qui risque d’évoluer inévitablement vers une confrontation, qui serait le point de départ d’une troisième guerre mondiale, impliquant des armes nucléaires destructrices.

L’Amérique ne souhaiterait pas affronter directement la Russie, parce ce qu’elle sait que celle ci dispose de moyens équivalents de dissuasion, redoutables.

La France et l’Angleterre, sur un ton guerrier, envoient déjà des armes vers l’Ukraine, pour riposter à une éventuelle invasion de ce pays, par la Russie.

L’Amérique belliqueuse et provocatrice, hausse le ton et menace d’une vaste riposte militaire.

Dans ce bras de fer apocalyptique, la Chine n’est pas absente, et cela ne fait que renforcer l’axe Sino/russe, sur fond de querelles géostratégiques, qui menacent la sécurité de ces deux pays, en mer de Chine, en Ukraine, dans la mer noire, dans le Caucase, et en Méditerranée.

L’Amérique et l’Europe n’ont pas encore compris que quand on parle à la Russie et à la Chine, on ne doit être ni arrogant, ni méprisant, ni belliqueux, et tout langage de la Force est une attitude inopportune, irréaliste, qui ne peut faire céder la Chine et la Russie.

Ce bras de fer épouvantable est mené par l’Amérique dans les coulisses, sans tenir compte des intérêts de l’Europe.

Sur ce registre, l’Allemagne ne soutient pas l’outrance et le bellicisme de l’Amérique, en proposant une autre démarche, plus réaliste, devant éviter la confrontation, sous toutes ses formes.

L’Allemagne a des intérêts stratégiques avec la Russie et elle tient à ce que la raison et la médiation l’emportent sur les va t’en guerre.

Tout en s’intégrant dans une démarche de sécurité collective Européenne, l’Allemagne doit absolument prendre le commandement de l’Europe, et réduire les marges d’actions des pyromanes, en vue de mener les négociations avec la Russie, loin de tout chantage.

Par contre, la France et l’Angleterre ne partagent pas le point de vue allemand, et ils poussent vers une ligne dure, qui ne peut rien rapporter à l’Europe.

Les Russes savent bien que l’Amérique cherche à isoler la Russie et la Chine, en prenant une batterie de sanctions économiques et financières, considérées par les Russes, comme une véritable déclaration de guerre.

Les experts considèrent qu’il n’est pas dans l’intérêt de l’Europe d’élargir les frontières extérieures de l’Union Européennes, sur les zones d’influence traditionnelles de la Russie.

Les Russes ne sont pas disposés à rester silencieux, suite à de telles provocations, et ils pensent déjà à ouvrir des bases militaires et installer des rampes de missiles à Cuba, et au Venezuela, pour porter le fer, le moment venu, aux frontières Américaines.

Les Américains ont donné la preuve, depuis des décennies, qu’ils étaient de piètres stratèges et les opérations qu’ils ont menées en Afghanistan, en Iraq , en Syrie et en Libye, ont été de véritables fiascos, qui n’ont fait qu’installer le désordre et le chaos.

La très mauvaise évaluation des enjeux, a fait que l’Amérique ne cesse de provoquer la Chine à Taïwan, et la Russie en Ukraine, pensant que cela va provoquer le reflux et l’endiguement de ces deux pays émergeants. Une telle posture Américaine n’est rien d’autre que la survivance de vieux réflexes de la guerre froide, qui n’est plus idéologique, mais principalement économique.

Si en Asie l’Amérique perd toutes ses positions économiques, qui sont maintenant occupées par la Chine, en Afrique, le même processus se développe, avec une avancée fulgurante des Russes et des Chinois, qui sont sur le point de chasser la France, sur ses propres zones d’influence, dans ses anciennes colonies, malgré une très forte présence militaire, sur ce continent.

L’Amérique, la mort dans l’âme, cherche à se cacher la face, pour ne pas voir cette nouvelle évolution mondiale, mettant fin à une époque, où elle imposait sa loi, par la force, impunément et de manière arrogante.

Les présidents Tebboune et El Sissi, ont dû certainement poser sur la table, les dessous d’une telle évolution crisogene, qui doit recentrer nos préoccupations mondiales et régionales, en renforçant l’axe stratégique, Algéro/égyptien, pour défendre, en commun, nos intérêts futurs, en Méditerranée, dans le monde Arabe et en Afrique.

Hassen Kacimi

Biographie

– Ancien directeur au ministère de l’intérieur , ayant présidé pendant 5 ans , le comité interministériel chargé de l’étude et du suivi des problématiques migratoires.

– Gestion des crises, au sein du centre opérationnel du ministère de l’intérieur , que j’ai dirigé pendant cinq ans .

– Expert international des flux migratoires, reconnu par des organisations onusiennes.

– Expert du Sahel et de la gestion des crises.

– Représentation de l’Algérie, à l’étranger , en tant qu’expert.

– Plusieurs communications, à l’université de sciences politiques et l’école des sciences politiques.

– Plusieurs communications à  l’école de guerre de Tamentfoust

– Distinction de l’institut fédéral allemand des hautes études de sécurité

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,306SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles