Contribution : Quand les fake-news deviennent la marque de fabrique du Makhzen…. 

Contribution

Quand les fake-news deviennent la marque de fabrique du Makhzen…. 

Par Mah Iahdih Nan, ambassadeur de la RASD en Colombie

Mah Iahdih Nan, ambassadeur de la RASD en Colombie

Il n’est pas facile ou simple de faire une analyse approfondie de la couverture d’information que la presse espagnole fait sur le conflit sahraoui, cependant, pour tout profane, il est simple de déduire que l’information qui est diffusée dans la plupart des médias est motivée par l’ignorance. , manipulation, commodité, gratification, sensationnalisme et slogans.

Normalement, les FAKE NEWS sur le Sahara proviennent des bureaux du Makhzen et pour leur diffusion, ils utilisent certains médias ou correspondants qui jettent la pierre et cachent leur main, puis la meute est lancée sur la victime sans préciser, clarifier ou opposer aucun détail. Tous sont dédiés à la publication du canular original et dans certains cas décorés et amplifiés.

Le contenu est généralement grossier, vulgaire et méchant, sans avoir aucune sorte de respect ou de considération pour la situation ou les circonstances entourant l’événement. C’est presque toujours un événement réel, qui ouvre l’interdiction pour qu’un amalgame de diffamations et d’insultes préméditées soit publié, où ils se consacrent à bavarder et répéter des mensonges, sans se soucier de la véracité de l’actualité et encore moins d’un minimum de respect pour leur code déontologique.

Ces jours-ci, avec l’arrivée du président sahraoui Brahim Gali en Espagne, nous avons connu l’apogée de ce type de situation, où le mélange de grossièreté et de sottise a atteint son point culminant. La gravité de la situation, qui a parfois pris des connotations sarcastiques, notamment en raison de l’implication éhontée de l’agence officielle EFE, qui a passé deux jours à déformer et à traiter sciemment de fausses nouvelles et que personne ne comprend comme une agence officielle et prestigieuse avec une longue histoire. elle-même à une utilisation tortueuse et frelatée d’un FAKE News. Peut-être l’influence marocaine oblige l’agence EFE à apporter sa contribution à la réalisation des objectifs proposés par le Makhzen, qui dans ce cas est de mobiliser la justice espagnole, ce qui n’est pas exclu qu’elle finisse par réussir, dans un tenter de délégitimer le peuple sahraoui et sa lutte. Pour le Maroc, la fin justifie les moyens; quand plus de bruit et plus de scandale sont produits plus de confusion, moins d’informations véridiques et objectives, ce qui le scénario dans lequel le Maroc opère avec facilité,  ce Sont habitude, amenant les gens à finir par parler de questions insignifiantes et secondaires et à cacher l’essentiel et le primordial.

Il est inconcevable que la presse d’un pays, comme l’Espagne, ait eu et entretienne des liens étroits avec le territoire du Sahara occidental. Souvenez-vous que l’Espagne était un siècle au Sahara et que ce territoire a cessé d’être espagnol il y a seulement 40 ans. Cette presse qui enregistre sa totale ignorance de ce qui se passe sur ce territoire. À quoi il faut ajouter; le traitement, la langue, les mensonges et le mépris de la lutte et du sacrifice gaspillés par le peuple sahraoui depuis plus de 45 ans.

Une presse qui prétend être crédible, franche, sérieuse et représenter un pays moderne et démocratique ne peut se consacrer à copier-coller des canulars et des diffamations fabriqués de manière intéressée sous le prétexte de contraindre et de profiter.

M.L.N.