Covid-19 : les limites de la coopération internationale

Covid-19 : les limites de la coopération internationale

La pandémie de Covid-19 montre que le problème de santé a une dimension mondiale. A ce sujet, Rakhroukh Youssef de l’Université de Laghouat indique que  «la propagation de la maladie, tant dans les pays riches que dans les pays en développement, prouve que la question de la santé n’a pas de frontières et que la santé internationale est devenue une ‘’ santé mondiale ‘’ ».

Sur cette base, explique-t-il, la pandémie «a ravivé notre prise de conscience de l’interdépendance mondiale et de l’importance de notre engagement collectif à ne laisser personne de côté ». Par conséquent, explique l’universitaire précise que la santé publique est « considérée comme un bien public mondial, en particulier en ce qui concerne la lutte contre les maladies transmissibles et le partage de recherche-développement en santé ».

Le défi majeur à cet égard est de savoir « comment s’assurer au mieux que l’action collective nécessaire pour la santé est menée au niveau mondial ». Cependant, la pandémie de Covid-19 a mis à l’épreuve « les limites de la coopération internationale, elle a montré que cette coopération n’a pas réussi à gérer la menace croissante dans le monde ».

Une contreperformance, précise M. Rakhroukh, qui soulève sérieusement la question de «comment le monde devrait s’organiser contre les menaces de futures pandémies. Mais cela a aussi des implications sur le rôle attendu des organisations mondiales face aux autres enjeux mondiaux tels que le changement climatique, la réduction de la pauvreté ». Par ailleurs, l’universitaire explique que l’émergence du coronavirus Covid-19 a jeté le doute sur l’efficience et l’efficacité de la gouvernance mondiale pendant la crise internationale.

En effet, l’Organisation mondiale de la santé est fortement critiquée par les États-Unis, qui estiment que l’OMS n’a pas réussi à prévenir les risques de Covid-19, notamment dans les premiers jours de la pandémie, mais aussi à produire et communiquer des informations précises sur les caractéristiques du virus et de sa transmission interhumaine.

Yacine Bouali