« DANS LA VOIE DE MAURICE THOREZ POURQUOI EMANNUEL MACRON RENIE-IL, LES ORIGINES MILLENAIRES DE LA NATION ALGERIENNE ? »

« DANS LA VOIE DE MAURICE THOREZ POURQUOI EMANNUEL MACRON RENIE-IL, LES ORIGINES MILLENAIRES DE LA NATION ALGERIENNE ? »

(*) Dr Boudjemaâ HAICHOUR

Est-ce que Monsieur Macron a lu le livre phare de Med Chérif Sahli « Décoloniser l’Histoire » ou le livre culte de Mostefa Lacheraf « L’Algérie, Nation et Société » ? Les dernières déclarations de Macron ne s’inscrivent-elles pas en droites lignes de ce que Thorez parlait de l’Algérie, Nation en formation pour comprendre le pourquoi des héritiers de la France coloniale qui ont toujours attenté à l’histoire du peuple Algérien ?

Ce n’est pas d’aujourd’hui que les visions de certains dirigeants français montrent par excès ou par défaut, leur inculture ou leur ignorance, à vouloir nier cette Nation méditerranéenne, berbéro-arabe qui a marqué l’histoire de son temps ? Les grandes civilisations qui ont marqué et influencé l’Algérie (Phéniciens, Carthaginois, Romains, Byzantins, Arabe, Turcs et Français connaissent bien le peuple des Imazighens qu’on désigne sous le nom de « Berbères ».

L’ALGERIE UNE NATION DE L’HOMME LIBRE
Ces résistants appelés les « Hommes libres » constitués en grandes tribus, ont été le socle pour fonder le Royaume de Numidie à travers Massinissa, Syphax et Jugurtha ce dernier qui opposa une grande résistance et fait prisonnier par les romains à la prison de Tallumun sans manger ni boire jusqu’à mourir dans une désolation après une trahison de son beau-père.

Cette confédération de tribus berbères, ce sont celles-ci qui ont formé une « grande communauté humaine, installé sur un même territoire et qui possède une unité historique, linguistique, culturelle et économique. Entre-elles un contrat social les unit pour appartenir à une même Nation.

C’est cette Nation que Abdelhamid Benbadis a défini son existence lointaine dans l’histoire de l’humanité, par ses traditions, sa culture, sa langue constituant son héritage du passé qu’il faut toujours honorer par cette volonté présente de le perpétuer. Afin de réaliser cette œuvre de « Généalogie de la Nation Algérienne », il est historiquement démontré que la Nation Algérienne remonte 2500 ans lorsque les « Aguellid » de la grande Numidie régnaient en maîtres dans les eaux de la Méditerranée.

Alors que les auteurs du XIX siècle avaient inventé pour la France le nom de Gaulois afin de lui donner une origine dans l’esprit de César, l’histoire de la France se cherchait un passé retrouvé dans Vercingétorix. Ont-ils la même origine que les celtes ? C’est dire que la Nation Algérienne est des plus anciennes auxquels les historiens coloniaux daignent effacer toutes références.

Donc à l’origine des propos de Macron se niche une interprétation qui confond l’histoire d’un peuple aussi majestueux que le peuple algérien en formulant des approches non fondées. Oui la France est une Nation d’assez nouveau dans l’histoire. La Gaule dont elle tire sa référence historique n’était qu’un ensemble de peuplades souvent liguées entre-elles.

Si la politique suivie de la « maison Capétienne est arrivée à grouper à peu près, sous le nom de France, les Francs des territoires de l’ancienne Gaule nous dit Ernest Renan, c’est qu’elle croise dans un indéchiffrable mélange ». La vérité de faire reposer la politique sur l’analyse ethnographique est pure chimère.

Il est vrai que la religion et les rites tenaient même à l’existence d’un même groupe social lui-même extension de la famille. Il reste que la géographie est un des facteurs essentiels de l’histoire.

L’homme fournit l’âme d’un peuple alors que la Nation est un principe spirituel résultant d’une des complications de l’histoire. Donc une Nation est une âme. C’est donc ce désir du vivre ensemble. C’est cette volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu. La Nation algérienne a un long passé d’efforts, de sacrifices, et de dévouements.

LE CULTE LEGITIME DE NOS ANCETRES
Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime. Les ancêtres nous ont fait ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire. Comme le dira Renan : « En proportion des sacrifices, qu’on a consentis, des maux qu’on a soufferts. On aime la maison qu’on a bâtie et qu’on transmet ».

Espérons ensemble dans l’hymne de notre Patrie. « Les deuils valent mieux que les triomphes, car ils imposent des devoirs ». En définitive une grande Nation telle que la Nation Algérienne est l’affirmation perpétuelle de notre vie. Que d’épreuves nous attendent encore. Puisse l’esprit de sagesse nous guider dans la voie de l’espérance. « Voilà ce qui fera sourire les transcendants de la politique, ces infaillibles qui passent leur vie à se tromper.

LA REGENCE D’ALGER ET SES ATTRIBUTS DU ETAT SOUVERAIN
« Le moyen d’avoir raison dans l’avenir est, à certaines heures, de savoir se résigner à être démodé » dira Ernest Renan dans sa conférence le 11 Mars 1882 à la Sorbonne. Et si Macron se pose la question si l’Algérie était une Nation avant 1830, Louis XIV est représenté accroupi devant le Dey d’Alger du temps de la Régence qui signait et apposait son cachet dans les différents traités avec d’autres Etats à l’exemple des Etats unis d’Amérique dont le 1er Ambassadeur dont la lettre d’accréditation est signée avant 1830 par Georges Washington. Cette Régence d’Alger avait tous les attributs d’un Etat et donc, d’une Nation, comme l’a rappelé l’historien Bendjamin Stora récemment en réponse à Macron.

LES TEMOIGNAGES NUMISMATIQUES DU TEMPS DE LOUIS XIX
Louis XIV vomissait des louis d’or comme impôt ou (Djézia) afin d’obtenir le droit de circuler en mer Méditerranée. Cette pièce authentique a été vendue aux enchères par la Galerie Drouot (Paris 2007) à un client allemand. Cette extraordinaire médaille est l’un des témoignages numismatiques les plus significatifs de la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697). A la lecture des parcours de nos rois numides vous en tirerez les leçons qui vous permettront Monsieur Macron de réviser votre appréciation de l’histoire de l’Algérie comme le dira mon ami le Dr Boualam Bessaih, l’Algérie une Nation belle et rebelle.
L’Emir Abdelkader, Hadj Ahmed Bey, Lalla Fathma Nsoumer, et toutes les résistances anti- coloniales du peuple algérien jusqu’ à la déclaration du 1er Novembre 1954 qui a mis fin à une guerre de libération nationale payant un lourd tribut en martyrs et environ Dix millions depuis la conquête française en 1830 à notre indépendance en 1962 face à une armada d’armements sophistiqués aidée par l’OTAN.

(*) Dr Boudjemâa HAICHOUR
Chercheur Universitaire