Darmanin aurait ordonné aux préfets de transgresser l’accord de 1968 conclu avec Alger : Paris opte pour l’escalade

Darmanin aurait ordonné aux préfets de transgresser l’accord de 1968 conclu avec Alger : Paris opte pour l’escalade

C’est le journal « Le ¨Parisien » qui a rapporté l’information dans son édition de ce vendredi, vite repris en écho par le média d’extrême droite « Valeurs Actuelles ». il y est indiqué en effet que « Gérald Darmanin (ministre français de l’intérieur)  a réuni en début de semaine l’ensemble des préfets et patrons des directions centrales, dans le but d’évoquer la radicalisation et l’immigration irrégulière ».

Et de préciser que des divergences existeraient au sein de l’équipe gouvernementale. De fait, au moment où le président Macron a souhaité l’apaisement avec Alger après ses propos mensongers et provocateurs, son ministre de l’Intérieur « aurait enjoint les hauts gradés à délivrer des obligations de quitter le territoire français (OQTF) contre les étrangers qui se rendent coupables d’un trouble à l’ordre public ».

Gérald Darmanin aurait même insisté sur le fait de ne pas prendre en considération si ces derniers peuvent, ou non, bénéficier de l’accord de 1968 ». Il s’agit de l’accord sir l’immigration préférentielle conclu à cette date avec l’Algérie.

Au regard du nombre important de personnes présentes à cette rencontre, Darmanin devait indubitablement s’attendre à de pareilles fuites dans les médias. Il a dès lors recherché volontairement la provocation et l’escalade.

La question qui se pose à présent est bien celle de savoir si cette initiative a été prise en accord avec Macron. Auquel cas, force nous serait de supposer que ce dernier se livre à une sorte de double jeu dans le cadre de sa campagne électorale, et de l’arrivée tonitruante d’un invité-surprise dénommé Eric Zemmour.

Au reste, la radicalisation du pouvoir en France se confirme de plus en plus avec cette décision prise par ma justice niçoise d’expulser une femme malade de son HLM pour «trouble de jouissance », sic !

Ali Oussi