Demande de remise en liberté des anciens ministres, Arezki Baraki et Tahar Khaoua : La justice dit non 

Demande de remise en liberté des anciens ministres, Arezki Baraki et Tahar Khaoua : La justice dit non 
La chambre d’accusation près de la cour d’Alger a rejeté la demande de remise en liberté provisoire des deux anciens ministres,  Arezki Baraki, ministre des ressources en eau et Tahar Khaoua ministre des relations avec le parlement introduite par leur défense .
La chambre d’accusation près de la cour d’Alger a confirmer la décision du juge d’instruction près du tribunal de Sidi M’hamed ayant placé les deux anciens ministres en détention provisoire.
Pour rappel, Arezki Baraki et Tahar Khaoua ont été placés en détention provisoire le 17 juin de l’année en cours.
Arezki Baraki est poursuivi pour son implication présumée dans des affaires de corruption, pendant qu’il occupait le poste du Directeur général de l’Agence nationale des barrages et des transferts ( ANBT).
Membre du premier gouvernement d’Abdelaziz Djerad, Arezki Baraki a été remercié à l’occasion du remaniement gouvernemental opéré par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au mois de février précédent.
Hamid.D