Dernières statistiques sur la démographie: Moins de mariages et de naissances, mais plus de décès

Dernières statistiques sur la démographie: Moins de mariages et de naissances, mais plus de décès
L’Office national des statistiques a livré ses dernières données annuelles sur la croissance démographique, en se basant sur les évènements naturels inscrits dans les registres de l’état civil des communes (naissances, décès et mariages) et les chiffres afférents aux divorces  fournis par le ministère de la Justice. Eu égard aux informations ainsi collectées, l’ONS à évalué la taille de la population en Algérie, au premier janvier 2021, à 44,6 millions d’habitants, avec confirmation de la prédominance de la gente masculine (50,7% sur le nombre global des algériens). La population  aurait augmenté, au 1er janvier 2022 à 45,4 millions  de résidents permanents en Algérie, selon ses projections par extrapolation.
L’accroissement démographique chute à 1,7%. Ce léger fléchissement de la courbe démographique est expliqué par la baisse du nombre des naissances vivantes sous le seuil du million (992000 nouveaux nés en 2020) pour la première fois, depuis 2014 et une hausse relativement importante du nombre des décès (236000 en 2020 contre 198000 en 2019).  La crise épidémique au Sras-Cov2 a réduit, selon les statisticiens, de 1,6 année l’espérance de vie à la naissance en Algérie, qui se situe désormais à 76,3 années. Les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Leur longévité moyenne est estimée à 78,1 ans, tandis que celle des hommes est limitée à 74,5 ans.  Par tranches d’âge, approximativement 60% des algériens sont âgés entre 15 et 60 ans. Les enfants (0 à 15 ans) représentent 30,4% de la population globale et les seniors environ 9,3%.
Le dernier bulletin d’information de l’ONS signale une réduction de 10 % du nombre des mariages. A peine  283 000 unions ont été enregistrées durant l’année de référence contre 315 000 noces déclarées durant les douze mois précédents. Le taux brut de nuptialité décline de 7,26/1000 habitants à 6,41/1000 habitants. Ce recul puise ses causes dans la contraction de la population formés par les 20-35 ans (elle est passée de près de 11 millions en 2019 à moins de 10,5 millions en 2020) ;  l’érosion du  pouvoir d’achat, primauté donnée aux études supérieures et à la carrière professionnelle…
Soulef B.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,319SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles