Des milliers de soldats marocains échappent à un empoisonnement généralisé : « mortelle » corruption dans les rangs des FAR !

Des milliers de soldats marocains échappent à un empoisonnement généralisé : « mortelle » corruption dans les rangs des FAR !

Un scandale lourd de sens et de puissance vient d’éclater dans les rangs des FAR (forces armées royales. La gendarmerie marocaine, en effet, a procédé à la saisie de dizaines de milliers de tonnes de denrées alimentaires contenues dans cinq semi-remorques stockées dans des hangars basés à Casablanca.

Les produits en question, jugés périmés, et potentiellement mortels, étaient destinés à des milliers de soldats cantonnés dans les casernements éployés au centre et à l’ouest du royaume chérifien.

Mustapha Adib, ancien capitaine et pilote d’hélicoptère des FAR, en a fait la révélation ce matin. Il promet au passage de nombreux documents supplémentaires et accablants. Pour lui, en effet, des efforts sont déployés tous azimuts pour étouffer ce gravissime scandale, et empêcher ainsi l’enquête ordonnée de suivre normalement son cours.

Il ajoute que les produits en question, constitués de lait en poudre, de semoule et de boites de conserve, appartiennent au député driweche Aballah de la circonscription de Bourkine. Il est le principal fournisseur es FAR grâce à un « « royal » marché d’approvisionnement, contre lequel il a certainement dû céder d’importants dessous de table aux tenants du Makhzen.

Pour rentrer dans ses frais, ce député indélicat n’hésite pas à acquérir des produits périmés et destinés à être incinérés.

Il faut rappeler au passage que la corruption qui mine en profondeur  l’armée marocaine relève carrément du secret de Polichinelle. Les services de renseignements et les analystes, qui suivent de près le développement de la situation au Maroc, se sont tous accordés à craindre un imminent coup d’Etat contre le roi marocain depuis que celui-ci a opté pour le choix hasardeux de la guerre à cause de la fermeture, par des civils sahraouis du passage d’El Gerguerat.

Les mêmes sources expliquent ces sombres mais salvatrices  prédictions par le moral en berne de l’armée royale marocaine, rongée jusqu’à l’os par la corruption. En témoigne, par exemple, le livre choc du commandant à la retraite de cette armée, Mahmoud Etoudji, dans son livre intitulé « les soldats de sa majesté ».

Celui-ci y fait état d’une vie faste et inacceptable des officiers supérieurs de cette armée alors que les hommes de troupes et les officiers subalternes manquent pratiquement de tout. Les mêmes sources font état de détournements à grande échelle, de contrats douteux, et même de trafic de drogue effectués par les officiers supérieurs de cette armée qui s’enrichissent de manière outrancière avec l’accord et la complicité des tenants du makhzen.

Ce qui ajoute à la colère des soldats marocains, c’est qu’en dépit de leur colère mal contenue, ils font face à de farouches, courageux et déterminés combattants sahraouis, qui se

Mohamed Abdoun