Des peines lourdes requises contre la fratrie Kouninef

Des peines lourdes requises contre la fratrie Kouninef

Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed, à Alger, a requis des peines lourdes contre la fratrie Kouninef, assorties de fortes d’amende et d’une saisie des biens.

Ainsi, le procureur de la République a requis 18 ans de prison ferme ainsi qu’une amende de huit millions de dinars contre Rédha Kouninef, le plus emblématique de la fratrie. Il a également ordonné la saisie de tous ses biens et une autre sur comptes bancaires, en Algérie et à l’étranger.

Sa sœur Souad, qui se trouve en état de fuite, risquerait une peine de 20 ans de prison, une amende de huit millions de dinars et une saisie de tous ses biens et ses comptes bancaires, si le juge suivait les réquisitions du procureur. A ce titre, un mandat d’arrêt international a été émis à son encontre.

Quant à Tarek Noah et Abdelkader Karim, le parquet a requis une peine de 15 ans de prison ferme et une amende de huit millions de dinars.

Aussi, le procureur a requis dix ans de prison contre Kaddour Ben Tahar, le gestionnaire de KouGC, l’entreprise des travaux publics appartenant à la fratrie. Cette réquisition est assortie d’une amende de deux millions de dinars.

Enfin, le parquet a requis cinq ans de prison contre Leïla Benaï, assortie d’une amende d’un million de dinars. Elle occupait le poste de directrice régionale à l’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière (Aniref).

Nacereddine Benkharef