Développement des zones d’ombre : la nouvelle stratégie de Sonelgaz

Développement des zones d’ombre : la nouvelle stratégie de Sonelgaz

 Très conscient de l’importance accordée par le président de la République au développement des zones d’ombre, le jeune P-DG de Sonelgaz, M. Boulakhras Chahar, rappelle que la compagnie  ne lésine sur aucun moyen pour désenclaver ces zones d’ombre. « Nous avons pris beaucoup de décisions en matière de  raccordement de l’agriculture, des zones industrielles et des investisseurs, et qui sont parfois à des niveaux de demande très élevés.

Il faut prévoir également des investissements, pour développer le réseau en amont.  Nous avons mis en place une feuille de route avec des décisions qui touchent plusieurs volets, et également un plan d’action spécifique aux zones d’ombres, par des programmes publics adaptés. D’abord nous avions touché et décortiqué les phases de réalisation de la demande, jusqu’à la mise en service. Et j’ai mis en place un groupe de travail pour décortiquer un peu les goulots d’étranglement, voir là où nous pouvons agir pour désengorger un peu ces goulots d’étranglement, et c’est un travail que je supervise personnellement » a affirmé pour notre magazine M. Boulakhras.

Dans le même ordre d’idée le responsable rappelle que ses services travaillent en étroite collaboration avec les autorités locales, à l’instar des industriels, les services agricoles, et les directions départementales de l’Energie. « Nous travaillons également avec les wilayas, et pratiquement nous avons adopté une stratégie dans ce sens, là où le gaz et les deux énergies sont disponibles, cela a nécessité seulement des petites extensions que nous avons réalisés, et chaque jour, nous avons des mises en services avec un rythme plus soutenu, plus important. La cadence va augmenter, et nous avons dressé un date butoir approximativement vers la fin de l’année pour régler cette question des raccordements industriels, et des périmètres agricoles, notamment ceux qui sont déjà terminés, et qui attendent  d’être alimentés en énergies électrique, ou gazière, et nous avons mis en place un dispositif de suivi, du reporting ponctuel, pour suivre ces actions et les mesurer sur terrain, et puis voir aussi les contraintes pour les lever.

Je pense que même au niveau local, il y a une meilleure réactivité, nous travaillons en étroite collaboration pour un seul et unique objectif ; créer une véritable relance économique au niveau local, et puis le développement local et le bien-être du citoyen, pour tout ce qui est zones d’ombre » rappelle enfin le P-DG.

Yahia Maouchi

LIRE AUSSI:

http://lapatrienews.dz/sonalgaz-boulakhras-nexclut-pas-leventualite-de-recourir-a-lemprunt-international/