Discours du Premier ministre devant l’APN : exportations hors hydrocarbures et contrôle des importations

Discours du Premier ministre devant l’APN : exportations hors hydrocarbures et contrôle des importations

Continuant son développement des points du plan du gouvernement qu’il présentait devant l’APN, le premier ministre, ministre des finances, a annoncé que son équipe allait continuer sa politique commerciale tendant à diversifier les exportations hors hydrocarbures, à contrôler les importations et à les réduire sans toucher aux besoins vitaux des citoyens, en tenant compte des exigences économiques.

« Nous continuerons aussi à lutter contre le gaspillage sous toutes ses formes en plus de protéger la production locale qui arrive à la satisfaction des besoins nationaux contre les produits exportés », a aussi affirmé M. Benabderrahmane.

Le gouvernement s’engage aussi à persévérer dans sa lutte contre la surfacturation en l’éradiquant totalement et en punissant sévèrement tous ceux qui s’adonneraient à cette pratique qui détruit l’économie nationale.

Toujours dans le but de protéger l’économie nationale, le gouvernement compte mettre en œuvre les mécanismes nécessaires pour réguler le commerce intérieur, notamment en luttant contre le commerce informel, en réorganisant le marché intérieur, développant le commerce électronique, en protégeant le consommateur et en renforçant la concurrence et la lutte contre la fraude.

Concernant l’emploi et la lutte contre le chômage : « nous comptons nous baser sur une approche économique de soutien aux entreprises dans tous les domaines, particulièrement celles dans les secteurs de production et de création d’emploi. En parallèle à ces actions, le gouvernement s’emploiera à développer les compétences tout en harmonisant la formation avec le marché du travail », a aussi déclaré le premier ministre.

Afin d’accompagner les entreprises dans leur développement, notamment pour ce qui est des TIC, le gouvernement envisage de généraliser l’internet à haut et très haut débit.

La modernisation des infrastructures logistiques pour réduire les dépenses à l’exportation, l’amélioration de la compétitivité de la production locale, le développement du transport ferroviaire, l’augmentation de la flotte maritime et l’amélioration des conditions d’accueil au niveau des infrastructures portuaires constituent aussi des priorités pour le gouvernement dans le cadre de la relance économique.

Concernant le secteur des ressources en eau, le gouvernement s’engage à procéder à l’alimentation en eau potable pour l’ensemble du territoire national en se basant sur le soutien de l’Etat en portant le taux de raccordement AEP à 99%.

Le gouvernement s’attellera aussi à la rationalisation de la consommation de l’eau, à raccorder les agglomérations à partir du dessalement de l’eau de mer jusqu’à une distance de 150 km à partir des régions côtières, à augmenter les capacités de dessalement de 3,8 millions de mètres cubes à l’horizon 2024. En outre, le gouvernement compte relier les différents barrages entre eux et les réseaux de distribution de l’eau et d’utiliser les eaux dormantes de la nappe située au nord du Sahara.

Dans le même sillage, le gouvernement aura parmi ses priorités l’amélioration du service public lié à l’AEP et à l’assainissement en prenant à son compte l’entretien, la rénovation et la réhabilitation des installations et des réseaux AEP, en plus de la numérisation de leur gestion pour une  optimisation radicale et une meilleure distribution de ce produit vital.

Les capacités de stockage de l’eau devraient aussi passer à 12 milliards de mètres cubes grâce à la réalisation de nouveaux barrages dont le nombre devrait atteindre 85 d’ici 2024, au moment où le nombre des petites infrastructures passera de 592 actuellement à 630 à l’horizon 2024.

Synthèse Tahar Mansour