Discours du premier ministre devant l’APN : mettre en place un Etat de droit et un renouveau de la gouvernance

Discours du premier ministre devant l’APN : mettre en place un Etat de droit et un renouveau de la gouvernance

C’est une phase importante de la vie socio-politique que s’apprête à engager le gouvernement dans le cadre de la mise en place de l’Algérie Nouvelle et de l’application du programme du président Abdelmadjid Tebboune qui a déjà entamé le renouveau par la révision de la Constitution et la tenue d’élections législatives qui se sont distinguées par une transparence jamais égalée et l’apparition d’une nouvelle génération d’élus, jeunes, engagés, instruits. L’une des plus importantes promesses faites par le président de la république a aussi été tenue en parallèle avec la révision de la Constitution, c’est la séparation de l’argent de la politique.

Afin d’arriver à mettre en place un Etat de droit qui garantit la liberté et le droit à chaque algérien, une égalité des chances, une vie politique transparente et juste, le plan du gouvernement, présenté aujourd’hui devant l’APN annonce le renforcement des libertés et la modernisation du secteur de la justice en consacrant son indépendance et son efficacité par une révision des lois organiques relatives au statut particulier de la justice, du Conseil National de la Magistrature, qui sera installé avant la fin de l’année en cours.

Toujours dans le cadre de l’Etat de droit, le gouvernement s’engage à faciliter l’accès à la justice, notamment en révisant la législation relative à l’assistance judiciaire en confortant les mécanismes à mettre en œuvre pour cela, en plus de la révision de l’organisation pénitentiaire. La création d’associations ou de partis politiques connaitra un assouplissement certain, en plus du droit de rassemblement pacifique, dans le strict respect de la législation en vigueur.

Dans ce sillage, une presse libre et des médias responsables participeront sans doute à asseoir ce droit, tout en garantissant une information crédible et objectif.

La sécurité des personnes et des biens est un autre volet qui a son importance dans le plan d’action du gouvernement qui s’engage à continuer la lutte contre toutes les formes de criminalité avec plus de rigueur, tout en mettant en place les mécanismes nécessaires pour cela, notamment pour les crimes cybernétiques qui ont pris une ampleur inégalée jusque-là, en plus du crime organisé, du blanchiment d’argent et du trafic de drogues.

La lutte contre les accidents de la circulation qui ont augmenté de manière exponentielle ces derniers constituent une autre des priorités du gouvernement qui préconise la mise en application d’une nouvelle législation relative au code de la route.

Dans le cadre du renouveau de la gouvernance qui sera basée sur une stratégie d’efficacité et de transparence pour réussir les réformes engagées, le premier ministre a annoncé une série de mesures qui seront prise dans ce sens et qui consistent en : « la garantie de la complémentarité entre les deux pouvoirs, législatif et exécutif, la réforme de la gestion publique, la poursuite des réformes fiscales, la redistribution des richesses de manière juste et équitable. Nous allons aussi lancer des réformes profondes de la fiscalité locale et mettre en place de nouvelles bases de gestion du budget des collectivités locales ».

Passant aux modes de soutien des prix des produits de première nécessité, le premier ministre, ministre des finances, préconise d’introduire de nouvelles règles qui permettent un meilleur ciblage des catégories démunies qui devraient bénéficier de ces soutien : « sans pour autant toucher le caractère social de l’Etat algérien tout en protégeant le pouvoir d’achat des citoyens en conformité avec le concept d’égalité sociale », a-t-il déclaré.

Afin de regagner la confiance des citoyens en leurs institutions publiques, le premier ministre annonce une série de mesures pour moraliser la vie publique par l’introduction de nouvelles règles exigeant compétence, mérite et intégrité pour celui qui veut rejoindre l’administration publique et y travailler. La modernisation de l’administration publique et la réforme du statut de la fonction publique entrent aussi dans le même cadre.

« Le gouvernement s’engage aussi à tout mettre en œuvre pour accélérer la transformation numérique selon une approche globale qui permet l’utilisation commune des ressources tout en encourageant la création numérique nationale », précise l’orateur. Toujours dans le même objectif, l’ensemble du système doit être modernisé et numérisé, tout en remettant en activité le Conseil National des Statistiques et en renforçant les inspections générales des finances ainsi que la Cour des Comptes.

Synthèse Tahar Mansour