Distribution de couffins du Ramadhan dans une synagogue : vent de colère au Maroc

Distribution de couffins du Ramadhan dans une synagogue : vent de colère au Maroc

Chaque jour, le royaume chérifien qui ne porte décidément pas bien son appellation, démontre sa vassalité à l’entité sioniste et multiplie les actes indignes pour lui plaire.

Même à travers le Coran, Dieu nous informe que les juifs sont ceux qui nous (musulmans) haïssent le plus et il nous ordonne d’éviter de nous allier avec eux.

Celui qui s’est toujours fait appeler le commandeur des croyants choisit justement le mois sacré du Ramadhan pour aller à contresens de toutes ces vérités et humilier ses propres ‘sujets’ pour essayer de démontrer que les juifs, c’est-à-dire l’entité sioniste, sont des personnes bien-intentionnées qui les aident en ces moments difficiles que traverse le Maroc à cause d’une pauvreté endémique qui touche la majorité des citoyens.

En effet, des marocains de confession juive ont distribué des couffins du Ramadhan à des familles pauvres du Maroc dans une … synagogue. Pour enfoncer le clou le plus profond possible dans la dignité des musulmans, ces pseudo-bienfaiteurs n’ont pas trouvé mieux que de s’enregistrer à travers une vidéo en train de remettre des couffins du Ramadhan à de pauvres hères, dont des femmes avec hidjab, au milieu d’hommes portant la kippa juive.

Des policiers régulaient la distribution, preuve s’il en est que cette action a été réalisée avec l’approbation et la bénédiction du Makhzen.

Comme il fallait s’y attendre, le peuple marocain, musulman et fier, s’est indigné face à ces images avilissantes et un vent de colère s’est levé à travers le royaume où des milliers de post ont été publié sur les réseaux sociaux à travers lesquels il est indiqué que : « la dignité des Marocains a été traînée dans la boue en exploitant leur pauvreté par ce qui est appelé le couffin du Ramadhan », et s’insurgent en rappelant que : « l’humiliation, l’avilissement, l’instrumentalisation et l’opportunisme ont atteint des degrés jamais égalés ». D’autres commentaires et réactions plus acerbes circulent partout à travers les réseaux.

Mais la question qui se pose d’elle-même est : Pour quels objectifs cette mise en scène a-t-elle été faite ? Car il ne faut surtout pas croire que c’est juste une action d’entraide entre les sujets du même royaume car, si cela avait été le cas, pourquoi faire toute cette publicité ? Mais il faut dire que les desseins derrière cette prétendue aide sont limpides, surtout en ces moment de grand amour entre le Makhzen et l’entité sioniste, le tout accompagné des explosions de bombes larguées sur les palestiniens de Gaza.

Ainsi, par cette mise en scène grotesque, il y a une volonté manifeste de détourner l’attention de ne pas jouir de la richesse de leur pays et, surtout, officialiser la normalisation avec l’entité sioniste pour la présenter sous un visage de bonté, malheureusement taché du rouge sang des martyrs palestiniens.

En outre, rapportent plusieurs médias et des activistes de réseaux sociaux, des manifestations ont lieu régulièrement dans nombre de villes marocaines mais aucune couverture médiatique de la part de la presse marocaine muselée à coup d’emprisonnement et de menaces, ni des médias français qui n’ont pourtant raté aucune sortie du hirak algérien, arrivant même jusqu’à en fabriquer avec des images anciennes, juste pour semer la zizanie en Algérie.

S’associer avec le diable, abuser de tout et de tous, se prêter à diverses manigances même au détriment de son peuple sont actuellement les ingrédients d’une gouvernance makhzéniste qui fait fi de tout humanisme, exploitant même la misère des marocains qui se débattent dans la pauvreté, surtout après la fermeture hermétique des frontières par l’Algérie et par l’Espagne, pays qui avaient, avant la pandémie de covid19, permis aux sujets marocains de survivre grâce à de menus trafics, au détriment d’ailleurs de leurs économies respectives, poussées seulement par un élan humain pour ne pas laisser mourir de faim ces populations abandonnées à leur sort par le makhzen, qui ne pensait qu’à ses bénéfices propres.

Mais cette dernière mise en scène a eu les effets contraires de ceux voulus par le roi et ses sbires, ce qui pourrait certainement participer à leur chute.

Tahar Mansour