Document – Affaire des ONG pro-palestiniennes qualifiées de terroristes : Le dossier sioniste était plus embêtant qu’en béton

Document

Affaire des ONG pro-palestiniennes qualifiées de terroristes : Le dossier sioniste était plus embêtant qu’en béton

Les services de renseignements sionistes viennent de se prendre un mémorable râteau. Ces derniers sont carrément humiliés sur la place publique dans cette grosse et grossière affaire des six ONG pro-palestiniennes que l’entité sionistes voulait qualifier de terroristes. On mesure aisément les conséquences de cette terrible et horrible machination si celle-ci était allée jusqu’à son terme.  L’entité sioniste, qui n’hésite devant aucun crime comme le prouve encore l’affaire Rachel Corrie, serait en effet allée jusqu’à tirer à vue sur les militants de ces ONG histoire de les faire taire, quand bien même seraient-ils occidentaux et non pas arabo-palestiniens. Bref, en prenant cette décision de décréter ces ONG « terroristes », l’entité sioniste a prétendu s’être basée sur un « dossier très solide ». Celui-ci, présenté à Washington ainsi qu’à l’ensemble des Etats membres de l’Union européenne, s’est avéré être un dossier à charge complètement vide. Mediapart, qui s’est procuré en exclusivité l’intégralité de ce grossier montage, est venu montrer au monde entier que ce dossier est beaucoup plus embêtant qu’en béton. Les services de renseignements sionistes en prennent pour leur grade sur ce coup monté. « Pour justifier sa décision d’interdire six ONG palestiniennes, le gouvernement israélien avait communiqué aux capitales européennes un rapport des services de sécurité intérieure destiné à démontrer leurs liens avec le terrorisme. Ce document, que publie Mediapart, était si peu crédible qu’il a eu l’effet inverse : les Européens ont confirmé leur soutien aux défenseurs des droits humains palestiniens », écrit ce média ayant dont nous-nous sommes procuré l’intégralité de cette article accablant. Celui-ci ajoute : Surprise et réprobation parmi les diplomates, condamnation indignée chez les défenseurs des droits humains : c’est une réaction globalement hostile qu’avait provoquée Benny Gantz, ministre israélien de la défense, en désignant, le 22 octobre, six organisations de la société civile palestinienne comme « groupes terroristes ». Benny Gantz, pour la petite histoire, est attendu ce soir à Rabat pour une visite de deux jours. Gageons que nous en serons gavés de mensonges et d’effets d’annonces à ne prendre qu’avec des pincettes. Le même journal d’investigation, réputé pour ses scoops et ses dossiers explosifs, finit d’enfoncer le clou en ajoutant ceci : « À ce jour, les locaux de trois des six ONG ont d’ailleurs été perquisitionnés par la police ou l’armée israélienne. Connues et respectées au Proche-Orient et au-delà pour leur travail d’information et de documentation sur l’occupation, la colonisation, et les violations des droits humains et du droit international par Israël, ces ONG reçoivent depuis des années une aide financière de l’Union européenne (UE) et, sous forme bilatérale, d’une dizaine de pays européens dont la France. Pour la plupart, elles militent en faveur de la comparution d’Israël devant la Cour internationale de justice ». Plus accablant et ironique que jamais l’article finit d’enfoncer le clou : « La lecture de ce document effarant, mélange d’affirmations sans preuves, de déductions trompeuses et d’approximations grossières, qui se présente comme un exposé « Power Point » plutôt simpliste, explique pourquoi l’opération israélienne s’est soldée par un échec. Et pourquoi cinq États européens ont, à ce jour, informé le gouvernement israélien que le dossier ne contenait aucune « preuve concrète » des accusations avancées et qu’ils avaient donc décidé de continuer de financer et de soutenir les organisations citées ». L’explication de ces grossiers montages nous est fournie de manière explicite en ces temps de démocratisation de l’internet mobile, et où le moindre crime est documentée et dénoncé en temps réel. Aucun bourreau n’est désormais à l’abri de la justice populaire et médiatique : « Israël, qui a nettement les moyens militaires d’assurer sa sécurité et de garantir sa survie, semble depuis quelques années redouter surtout une défaite morale et politique en cas de comparution de certains de ses responsables devant la Cour internationale de justice. Et ne recule devant rien pour tenter de l’éviter ou au moins de retarder autant que possible un tel risque ». Loin d’être une simple vue de l’esprit, un pareil risque est omniprésent. Il a beau être « retardé » par la toute puissante médiatico-financière des Sionistes, des Américains et des Européens, il n’en demeure pas moins que le jugement ultime approche à grands pas…
Mohamed Abdoun 
 
 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,375SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles