Document – Discrimination à l’embauche : Un rapport fait tomber le masque de la France raciste

raciste 1
Document 
Discrimination à l’embauche : Un rapport fait tomber le masque de la France raciste

 

La France est raciste. Son racisme, qui se vit et est subi au quotidien, se manifeste dans divers domaines de la vie politique, sociale, économique et bien sûr professionnel.

Un rapport accablant par Mediapart, dont nous avons obtenu copie, en apporte présentement la preuve formelle.

La discrimination envers des candidats à un poste de travail qui sont perçus comme étant d’origine maghrébine est à la fois « généralisée et persistante ».

La conclusion d’une vaste campagne de « testing » menée sous l’égide de la Dares, la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques, dépendant du ministère du travail, n’y va pas par quatre chemins pour qualifier l’état du marché du travail en France.

« En moyenne, à qualité comparable, les candidatures dont l’identité suggère une origine maghrébine ont 31,5 % de chance de moins d’être contactées par les recruteurs que celles portant un prénom et nom d’origine française », indiquent les chercheurs de la Dares, de l’Institut des politiques publiques (IPP), et de l’association de lutte contre les discriminations ISM Corum, qui ont travaillé conjointement.

L’étude, publiée ce 24 novembre, est la suite d’un premier travail consacré aux inégalités entre femmes et hommes dans l’accès à l’emploi, paru en mai dernier.

Entre décembre 2019 et avril 2021 (avec une interruption pendant le premier confinement dû au Covid-19, de mars à juin 2020), les chercheurs ont envoyé quatre candidatures fictives à 2 400 offres d’emploi différentes, réparties sur onze catégories de métier, couvrant l’ensemble du territoire métropolitain.

Pour chaque offre, deux candidatures d’hommes, deux de femmes, dont deux avec un nom à consonance maghrébine et deux sans, ont été envoyées. Quatre tranches d’âge distinctes ont été utilisées en tout.

Pour ces 9 600 candidatures, il a été mesuré le « taux de rappel », c’est-à-dire la proportion de candidatures pour lesquelles les employeurs manifestent un intérêt en répondant à ladite candidature.

Les réponses des recruteurs ont été collectées grâce à plusieurs dizaines de lignes de téléphone mobile et d’adresses électroniques.

Plus de 8 000 réponses ont été reçues, « allant de simples accusés de réception à des propositions d’entretien ».

Les résultats sont nets : « La discrimination à l’embauche selon l’origine supposée reste élevée et un élément majeur du marché du travail en France.

Elle est observée quelles que soient les caractéristiques des métiers testés », écrivent les chercheurs.

Ce rapport, en somme, vient confirmer un fait connu et vécu par notre diaspora en France depuis de nombreuses années il permet d’expliquer au passage les raisons de la montée en flèche d’Eric Zemmour et de l’extrême droite en Hexagone.

Rafik Bakhtini

dares251121

Twitter La Patrie News