Dr Lyes Merabet à La Patrie News : « La demande sur les soins hospitaliers est exponentielle » 

Dr Lyes Merabet à La Patrie News : « La demande sur les soins hospitaliers est exponentielle » 

Le président du Syndicat des praticiens de la santé publique fait le point, dans cette interview, sur la situation pandémique en Algérie, qui enregistre un rebond record des contaminations par 24 heures. Hier, le nombre des infections a dépassé la barre des 2500 cas positifs à la Covid-19. Notre interlocuteur égrène les symptômes courants liés au variant Omicron, dominant pour l’heure. 

 Propos recueillis par Soulef Biskri 

La Patrie news : Le bilan quotidien des contaminations à la Covid-19, a été marqué, ce mardi 25 janvier, par un chiffre record.  Comment se présente la situation ?

Dr Lyes Merabet : A la faveur de cette nouvelle vague, la courbe pandémique est en pleine ascension dans notre pays depuis quelques semaines.

Au niveau des structures de santé, la situation s’est emballée, ces derniers jours avec des chiffres records jamais enregistrés auparavant pour le nombre de personnes atteintes de la Covid-19.

Les échos, que nous avons de plusieurs établissements de santé, font état d’une augmentation exponentielle de la demande sur les prestations de soins tant au niveau des consultations, de l’exploration qu’au niveau de l’hospitalisation dans des services Covid-19 et notamment en réanimation.

Cela étant, il est clair que l’exacerbation de la situation sanitaire impacte négativement le bon déroulement d’autres activités nécessaires à la prise en charge des malades ne relevant pas de la Covid-19 en plus de la hausse considérable de la contamination au sein du personnel de santé.

 Peut-on considérer que le nombre de cas est nettement supérieur eu égard aux personnes qui ne font pas le test et les asymptomatiques ?  

Effectivement, les chiffres recueillis et annoncés par le ministère de la Santé, quotidiennement, restent loin de la réalité du terrain, bien qu’ils confirment la tendance haussière.

Une situation qu’on peut expliquer par les capacités franchement limitées du dépistage de manière générale et du fait que l’institut Pasteur Algérie ne comptabilise, pour ces bilans quotidiens, que les cas dépistés positifs à l’examen RT PCR.  

Le pic est-il atteint ou pas encore ? 

Ce n’est pas une science exacte. Il reste difficile d’anticiper sur l’évolution de la courbe pandémique actuelle.

Cela dépend de plusieurs facteurs, qui relèvent de la nature même de ces virus, des capacités de virulence et de contagiosité du variant dominant, du respect des mesures barrières et des protocoles sanitaires ainsi que de toutes les autres démarches que pourraient décréter les autorités publiques pour casser la chaine de transmission de l’infection et stabiliser la progression de la pandémie.

Malheureusement, les chiffres, que nous cumulons quotidiennement, continuent de progresser. Ce qui démontre qu’on n’a pas encore atteint le sommet de la vague.  

Quelles sont les spécificités du variant Omicron et ses symptômes ? 

Contagiosité plus rapide et donc plus de personnes sont atteintes et une large diffusion de l’infection chez les enfants en bas âge et les jeunes, font l’essentiel de sa caractéristique sur le plan épidémiologique.

Sur le plan clinique, nous relevons une prédominance des formes légères à modérées chez la majorité des personnes contaminées symptomatiques avec une atteinte surtout des voies respiratoires supérieures (écoulement nasal, éternuements, maux de tête, mal de gorge, toux sèche …) avec de la fièvre, des courbatures et des signes digestifs chez certains malades.

Cette évolution est généralement favorable après trois jours à une semaine de repos sous traitement. Un pourcentage de 10 à 20 % des malades présentent des formes compliquées, voire graves qui nécessiteraient une prise en charge en milieu hospitalier spécifique

La circulation plus massive du virus comparativement aux vagues précédentes augure-t-elle de l’acquisition de l’immunité collective ? 

Du moins on l’espère, car le constat partagé par plusieurs équipes de chercheurs et de praticiens de par le monde converge dans ses conclusions. Cette hypothèse reste plausible si l’on compare l’actuelle pandémie de la Covid-19 à d’autres que le monde a déjà connues.

Certains pays comme l’Angleterre et l’Espagne envisagent la levée de toutes les restrictions décrétées dans le cadre de la lutte contre la pandémie comme le port de masque et le pass-sanitaire. Mais il faut retenir que dans ces pays, l’objectif de la compagne vaccinale a été largement atteint.

Le directeur général de l’OMS a soufflé, lundi le chaud et le froid. Il a pronostiqué la sortie de la crise sanitaire mondiale à la fin de l’année 2022, mais a averti contre l’émergence de nouveaux variants plus contagieux et plus virulents. Qu’en pensez-vous ?  

Gérer c’est prévoir. Je pense que le premier responsable de cette illustre organisation onusienne est dans son rôle. Il fait dans la sensibilisation autour de la gestion des catastrophes sanitaires en appelant les dirigeants du monde à tirer les leçons de ce que nous vivons aujourd’hui.

S.B.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,313SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles