Dr Norbert Walter-Borjans, co-chef du Parti social-démocrate allemand : Ce qui est attendu du nouveau président américain…  

Dr Norbert Walter-Borjans, co-chef du Parti social-démocrate allemand : Ce qui est attendu du nouveau président américain…  

Le chef des file des démocrates allemands, dont est également issu le président allemand, dans un entretien accordé au média britannique Reuters, n’a pas fait secret de sa joie en réagissant au départ de Donald Trump de La Présidence des Etats-Unis et son remplacement par le « démocrate » et modéré Joe Biden.

Ce responsable politique allemand refuse cependant de verser dans l’euphorie béate. Il s’évertue en effet à sagesse garder. Il préfère, en effet, attendre le nouveau locataire de la Maison Blanche sur les dossiers  dans lesquels Trump a surpris et déçu tout le monde, à savoir l’environnement ainsi que le nucléaire iranien. « Cependant, je mettrais en garde contre l’euphorie naïve.

Joe Biden a été élu président des États-Unis et non président du monde. Compte tenu de la polarisation de la société américaine que Trump a encore approfondie, Biden doit servir des attentes très différentes dans son propre pays.

La question est de savoir comment il cherchera à s’entendre avec ses partenaires sur un pied d’égalité », tempère en effet ce haut responsable politique allemand.

Le Vieux continent, en pleine crise existentielle, et mutations cycliques, qui vont de déchirements en remises en cause, ne sait plus sur quel  pied danser face aux puissances dont il est devenu dépendant, pour ne pas dire carrément otage : « Prenons, par exemple, la question de la numérisation et de la protection des données. Avec sa puissance économique, l’Europe aurait bien fait de voler de ses propres ailes. Nous avons raté notre chance de le faire.

Le choc qui a suivi l’élection de Trump n’a mis en lumière que ce que nous avions négligé jusqu’alors. Nous avons assisté et observé une évolution où, dans un domaine important comme la numérisation, nous ne pouvons choisir qu’entre la dépendance à la Chine ou aux États-Unis. Cela est totalement inapproprié pour un continent avec la force économique et la taille de l’Europe. Nous devons devenir plus indépendants numériquement ».

partant, l’Allemagne démocrate, leader européen incontestable et incontesté, se prend, et se surprend, à rêver de plus de justice sociale et d’équité « prenons les conditions dictées par le Nord pour les semences, la production alimentaire et l’utilisation des excédents dans notre pays.

Le mépris des États du Sud global conduit à un manque de perspectives, à des conflits et à des migrations. Nous devons réaliser à quel point nous bénéficions du travail des habitants de ces pays. Si nous garantissons des prix équitables, des conditions de production durables et une plus grande coopération en matière de développement international ».

Ali Oussi