Eclairage/ Ryad s’aligne sur la position marocaine concernant le Sahara Occidental : Un réajustement portant clairement la marque sioniste

Eclairage/ Ryad s’aligne sur la position marocaine concernant le Sahara Occidental : Un réajustement portant clairement la marque sioniste

L’ambassadeur du Royaume Saoudien à l’ONU, Abdallah Al-Mouallimi a eu des propos malheureux et inappropriés concernant la question du Sahara Occidental. Ce diplomate, exprimant sans doute la position de Ryad et de son monarque, s’est en effet alignée quasi-systématiquement sur les thèses criminelles, éculées et colonialistes du royaume chérifien.

Cette sortie, telle qu’exprimée, de façon si abrupte inamicale et si peu diplomatique, cristallise, aux yeux de observateurs qui suivent de près ce genre de question, une sorte de changement de cap de la part de l’Arabie Saoudite.

La gravite de cette sortie ne réside pas tant dans son contenu, que dans la possibilité que d’autres monarchies du Golfe puissent suivre la même voie.

Plus grave encore, à l’approche du sommet de la Ligue Arabe, dont la tenue est prévue à Alger, le risque est grand de voir celui-ci parasité par des thèses colonialistes et pro-marocaine. Ryad, en effet, a en effet pris le contrôle de cette guilde depuis que la Syrie en a été « suspendue », contre l’avis d’Alger et de Beyrouth.

Bref, la sortie de ce diplomate, qu’aucune raison objective ne saurait justifier, porte assurément la marque de l’entité sioniste, qui tire discrètement les ficelles de derrière le rideau.

Cette sortie cristallise un salvateur « appel d’air à la diplomatie makhzenienne désormais moribonde. Ce faisant, l’entité sioniste semble avoir mis en branle es relais et satellite arabes pour tenter de voler au secours du « deal du siècle », portant normalisation des relations maroco-sionistes contre la reconnaissance par Washington de la « marocanité du Sahara Occidental ».

Preuve en est qu’Abdallah Al-Mouallimi ne s’est pas arrêté là. Au lieu d’observer une parfaite neutralité dans un conflit opposant deux pays arabo-musulmans, l’Arabie Saoudite a fait mieux (ou pire, c’est selon) que soutenir le Maroc contre la RASD (république arabe sahraouie et démocratique). Ryad s’est en effet permis de franchir une impardonnable ligne rouge en conseillant à l’Algérie, sans la citer toutefois, de « faire preuve de réalisme et de sagesses ».

Le propos colle parfaitement à la politique sioniste appliquée par cette entité depuis la nekba de 1948, telle que basée sur le fait accompli, pour illégal et criminel qu’il soit. Justice, droit des peuples et légalité internationale finiront quand même par triompher.

Mohamed Abdoun