Eclairages – Discours de Mohamed VI : Entre songes et mensonges

Eclairages

Discours de Mohamed VI : Entre songes et mensonges

Par Mohamed

Pathétique ! Oui, c’est le premier mot qui vient à l’esprit de tout analyste avisé prenant connaissance du speech de Mohamed VI de ce vendredi-soir. Ce dernier reflète en effet l’image, sans doute avérée, d’un monarque entièrement coupé de son royaume et de son peuple. Les grossiers mensonges qu’il a osé proférer en évoquant, par exemple les questions économiques et politiques, ont dû offusquer toutes les chancelleries qui devaient suivre cette sortie médiatique depuis Rabat. Si le Maroc tente d’imposer par la force et la violence un vote dans les territoires occupés, il n’arrive même plus à trainer dans son sulfureux sillage même ses laudateurs les plus convaincus. S’il paie rubis sur l’ongle ces derniers à grand renfort de monnaie sonante et trébuchante, sachant que la corruption des sens, menée sans aucune décence a toujours été son arme favorite, sa cause et son image sont désormais devenues absolument indéfendables. Il faudrait même être autiste ou carrément aveugle pour ne pas se rendre compte que Mohamed VI ne contrôle plus rien. Ce jouisseur invétéré, adepte des tables épicuriennes et des « nourritures terrestres » d’André Gide, est devenue une vulgaire marionnette démantibulée entre les mains de puissants conseillers sionistes qui ont dû lui écrire ce surréaliste discours. Preuve en est  que si ce roi pathétique, menteur et fainéant, a tiré sur (presque) tout le monde, il a bien évidemment épargné le lobby sioniste sn maitre à penser et précepteur, qu’il appelle « tonton » en privé, André Azoulay, a particulièrement réussi sa mission. Mohamed VI ne sait presque pas qu’il a failli entrer en guerre avec l’Espagne, qu’il est en froid avec l’Union Européenne, et l’Allemagne et le royaume ibérique. Isolé et en pleine déroute depuis les promesses non-tenues de Donald Trump, le royaume chérifien est devenu carrément dangereux et infréquentable. Son « leader, inconscient sans doute du fait qu’il usurpe inconsidérément le pompeux  titre de « commandeur des croyants », est devenu un vulgaire pantin entre les mains du lobby sioniste. S’il est certain qu’il va payer chèrement, et au comptant, sa trahison de la cause palestinienne, il ne fait aucun doute non plus qu’il a dû sous estimer la cinglante réplique de l’Algérie. Ignorer nos demandes d’explications et faire comme si Omar Hilal n’avait rien dit, ne fera sans doute pas revenir notre ambassadeur basé à Rabat. Le Maroc et ses complices sionistes, directement impliqué dans les criminels incendies qui ont récemment ravagé le nord de l’Algérie, fait certainement mine d’ignorer que nos morts ne resteront pas impunis. S’il n’y a que l’argent, le luxe qui font courir ce roi vénal, il faut bien qu’il se mette en tête que la reconduction de l’accord algéro-marocain sur le gazoduc qui traverse ces deux pays expire le 31 octobre prochain. Or, celui-ci n’alimente que le Maroc, lui fournissant la bagatelle de 900.000 mètres cubes. Rabat souhaite même un volume supplémentaire de gaz naturel pour faire tourner et alimenter ses usines. Recevoir. L’accord en question, que Rabat décrète« reconduit », de facto ne saurait absolument pas l’être sans l’assentiment d’Alger. Or, en plus des feux allumés, Rabat a mis pas mal d’eau dans le… gaz.  L’isolement du Maroc, royaume belliqueux, colonialiste et expansionnistes est dès lors appelé à perdurer.

M.A.