Emissaire du SG de l’ONU pour le Sahara Occidental : Stafan de Mistura attendu aujourd’hui à Rabat

Emissaire du SG de l’ONU pour le Sahara Occidental : Stafan de Mistura attendu aujourd’hui à Rabat

La tournée dans la région de Stafan de Mistura, le nouvel envoyé spécial du SG de l’ONU pour le Sahara Occidental qui débute ce mercredi à Rabat avant les escales de Nouakchott, Alger les camps de réfugiés, s’annonce on ne peut plus problématique. En sus des louvoiements marocains et de ses multiples manipulations médiatico-diplomatiques, la question se pose avec acuité de savoir si ce diplomate italo-suédois sera autorisé ou pas à se rendre dans les territoires occupés sahraouis et à y rencontrer des militantes à l’image de Soltana Kheya et Aminatou Haidar. Autre question d’importance, qui suggère en filigrane que cette mission est loin d’être acquise d’avance, si les prérogatives de de Mistura et de la MUNURSO ne sont pas élargies, et si un agenda précis en vue de la tenue d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, autant dire que cette tournée sera décrétée « stérile » et sans le moindre effet sur l’éventuel arrêt du conflit armé. Comme nous l’annoncions il ya de cela quelques jours, la toute première tournée de Stafan de Mistura, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, entame sa toute première tournée marathonienne dans la région dès ce mercredi en commençant par Rabat, pour y rencontrer le chef de la diplomatie marocaine, Nacer Bourita. Ce ce diplomate italo-suédois arrivera très probablement dans les camps de réfugiés en date du 13 de ce mois. Il devrait, à cette occasion, rencontrer à Rabouni ou Chahid El Hafez, capitale administrative de la RASD, le président sahraoui et secrétaire du front Polisario, Brahim Ghali. De Mistura, durant sa tournée, devrait également s’entretenir avec des responsables algériens et mauritaniens, ainsi que le chef de la MINURSO. L’objectif de ce dernier est de chercher à obtenir un nouveau cessez-le-feu, après que l’armée d’occupation marocaine eu rompu unilatéralement celui de 1991. Ce diplomate italo-suédois, précisent encore les mêmes sources, cherche également à obtenir  le retour des deux parties en conflit vers la table des négociations directes. Sa mission s’annonce toutefois ardue, pour ne pas dire carrément impossible. Alger, en effet, a officiellement rejeté la formule de la « table tournante », jugée stérile et contre-productive. Le Polisario, quant à lui, est plus que jamais résolu à ne pas cesser sa riposte armée tant qu’un agenda précis de la MINURSO n’aura pas été arrêté en vue de la tenue prochaine d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui. En attendant cela, le Polisario exige également comme préalable incontournable l’extension des prérogatives et missions de la MINURSO à la protection des droits de l’Homme, notamment dans les territoires occupés sahraouis. Le Polisario, berné et bercé de fausses promesses et d’illusions, refuse désormais de perdre quarante autres années alors que l’actuel statut-quo sert uniquement les intérêts de l’occupant marocain. C’est dire que la mission de de Mistura s’annonce à tout le moins problématique.

Ali Oussi 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,373SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles