Energies renouvelables : L’Algérie troisième pays africain en capacité installée à fin 2020

Energies renouvelables : L’Algérie troisième pays africain en capacité installée à fin 2020

L’Algérie a occupé la troisième place au niveau africain en matière de capacités d’énergies renouvelables installées avec 0,5 Gigawatts (GW) à fin 2020, après l’Afrique du Sud et l’Egypte, a indiqué le rapport mondial sur l’état des énergies renouvelables de l’initiative REN21.

Au terme de l’année écoulée, les principaux pays africains en terme de capacité étaient l’Afrique du Sud avec 3,8 GW, l’Egypte avec près de 2 GW et l’Algérie avec 0,5 GW, fait savoir le rapport de REN21 regroupant scientifiques, gouvernements, ONG et industriels. Plusieurs pays d’Afrique ont mis en service de nouvelles capacités en 2020, fait observer par ailleurs le document.

«La plus grande centrale d’Afrique de l’Ouest (50 MW) a été mise en service au Mali, où l’hydroélectricité représente environ la moitié de la capacité installée du pays mais fournit une production de plus en plus variable en raison des changements hydrologiques», a-t-il noté.

Des projets de taille moyenne à grande ont été mis en service ou ont commencé à être construits dans plusieurs autres pays, dont l’Egypte, l’Ethiopie, le Ghana, la Somalie et l’Afrique du Sud, ajoute REN21, précisant qu’en Egypte, «la suppression progressive par le gouvernement des subventions sur les prix de détail de l’électricité augmente l’attrait du solaire photovoltaïque distribué pour les usages résidentiels, commerciaux et industriels».

Dans ce sens, le rapport fait savoir que l’entreprise, Mondragon Assembly (Espagne) a fourni des lignes d’assemblage pour de nouvelles installations de production de modules en Algérie et en Egypte, durant l’année écoulée. Par ailleurs, malgré les impacts de la pandémie de la Covid-19, les énergies renouvelables ont établi un record mondial de nouvelle capacité électrique en 2020.

Elles ont été la seule source de production d’électricité à enregistrer une augmentation nette de la capacité totale, révèle le rapport. La capacité mondiale d’ENR installée jusqu’à fin 2020 est estimée à 2.838 GW. Plus de 256 GW ont été ajoutés dans le monde en 2020.

«L’investissement dans la capacité d’énergie renouvelable a augmenté, quoique légèrement, pour la troisième année consécutive, et les entreprises ont continué à battre des records d’approvisionnement en électricité renouvelable», note la même source. De plus en plus de pays se sont tournés vers les énergies renouvelables.

Bien que la production de biocarburants pour le transport ait diminué, les ventes de véhicules électriques (VE) ont augmenté, tout comme l’association des VE et de l’énergie renouvelable dans une moindre mesure.

La Chine fait partie des pays qui ont renforcé leurs engagements à agir face à la crise climatique, en fixant un objectif de neutralité carbone. Les Etats-Unis ont rejoint l’Accord de Paris début 2021.

Cependant, des obstacles dans le secteur des énergies renouvelables ont persisté en 2020. Il s’agit notamment de la lente augmentation de la part des énergies renouvelables dans la consommation totale d’énergie finale (TFEC), l’innovation inadéquate dans certains secteurs, le besoin de développement des infrastructures, le manque d’abordabilité sur certains marchés, l’absence de politiques et d’applications suffisantes, et un soutien continu aux combustibles fossiles, explique le REN21.

En outre, le rapport indique que la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial «n’a que légèrement augmenté» à 19,8 % contre 19,7 % il y a dix ans, le bouquet énergétique mondial restant dominé par l’énergie fossile à un peu plus de 80 %.

«Le secteur de l’électricité a fait des progrès considérables. La quasi-totalité des nouvelles installations électriques dans le monde sont renouvelables», fait savoir le document, notant que la part de l’électricité dans le secteur du transport reste «faible et n’a que très peu augmenté».

R.E.