Entre l’Espoir des peuples et la violence du pouvoir monarchique.

Allaoua Bendif 1

Entre l’Espoir des peuples et la violence du pouvoir monarchique.

(*)   Allaoua Bendif

Le rêve est le gardien du sommeil (en tant que séquence physiologique active de restauration des forces et des équilibres organo-psychiques, entendons-nous…

Pour paraphraser cet énoncé connu de Sigmund Freud, célèbre neurologue et inventeur de la psychanalyse, je dirai que le rêve est le gardien de la Paix.

C’est aussi le déclencheur originel des grands projets de développement nationaux et régionaux, créateurs de richesses, d’emplois et de paix propice au Progrès social et humain.

Alors rêvons, dans cette actualité Maghrébine dans laquelle l’absurde, la narco guerre, la stagnation, les alliances sataniques et contre nature sont beaucoup plus jetées au visage du Grand Maghreb, à El Qods Echarif, à la Nation Arabe et à la Oumma Islamique, qu’à l’Algérie voisine et soeur.

Rêvons d’un Maghreb uni, avec l’Egypte, qui a déposé sa candidature pour adhérer à l’UMA en 1994, qui deviendrait un marché commun de plus de 200 millions de consommateurs et qui disposerait alors d’un potentiel de négociation loin d’être négligeable pour l’ensemble de ses relations économiques avec le reste du monde et notamment avec l’Union Européenne et la Chine.

ce serait un potentiel énergétique fabuleux en énergies fossiles aussi bien qu’en energie alternative solaire.

Ce serait un potentiel d’action et d’impact important dans les rapports stratégiques de tous ordres dans le bassin méditerranéen et au Moyen-orient devenu si fragile…ce serait un potentiel agricole remarquable et un noyau de départ qui comptera pour lancer un dynamique industrielle crédible.

Ce serait un potentiel de formation, de perfectionnement et de prospective très prometteur et une belle assurance pour notre région et pour nos pays respectifs.

Ce serait une puissance touristique unique au monde: Guizeh, Louxor, la Vallée des rois, Edfou et la Vallée du Nil, Abou Symbel et le lac Nasser, Charm El Sheickh, en Egypte.

Au Maroc, les Médinas de Fès et de Marrakech, Jamaa El fna, la ville bleue de Chefchaouen, aux portes d’Agadir, les Gorges du Dadès et de Toudgha, Casablanca, Rabat, Meknès.

En Tunisie, Tunis la capitale et son Musée du Bardo, Carthage, Sidi Boussaid, Hammamet et leurs stations balnéaires, Tozeur, Djerba, les sites archéologiques de Dougga etc.

En Mauritanie, Nouakchott, Nouadhibou, la zone humide du Banc d’Arguin sur 12000 km2, inscrite au patrimoine de l’Unesco, le désert de l’Adrar et les oasis Chingetti et de Ouadate…

En Libye, Tripolie. Ghadamès, Benghazi, le site archéologique de Leptis Magna, les sites grecs antiques de Cyrène et de Sebratha, Waw An Namud, Tobrouk…

En Algérie, Alger et sa Casbah, le Palais des Rais ou bastion 23Constantine la Numide, Oran et sa forteresse de Santa Cruz, les sites Romains de Tipaza, de Timgad, la Cité du Bonheur, Djemila, un littoral méditerranéen de plus de 1100 kms, recelant mille et une merveilles, un grand Sud Planétaire avec son temple naturel écologique de l’Ahaggar, et ses trésors rupestres et archéologiques à peine dévoilés, son Tassili des N’aajers époustouflant et son Parc National, sa Rouge Timimoun, et sa pure Djanet, sur le Plateau du Touat.

Franchement, ne serait-pas là l’un des potentiels touristiques les plus merveilleux, offert au monde et aux populations de nos pays?

Ce serait une mobilité des citoyens, des familles, des travailleurs, des universitaires, des artistes, des sportifs, des touristes, que les populations appellent de tous leurs vœux.

Ce rêve est à portée de main. Il est juste empêché par la stratégie de pouvoir monarchique de la famille royale marocaine qui préfère s’allier avec la force maléfique de l’Etat sioniste pour menacer son voisin l’Algérie au seul motif que son voisin et frère recommande, en conformité totale avec les résolutions de l’Union Africaine, de l’ONU et de Cour internationale de Justice, de soumettre l’annexion du Sahara Occidental à référendum. Si la population de ce territoire exprime cette volonté, qu’il en soit ains et s’il le refuse qu’il en soit ainsi également !

(*)   Allaoua Bendif
  Fils de Chahid
  Docteur en psychologie Clinique

  Enseignant universitaire à la retraite.

 Auteur de : « Violences Algériennes», Koukou Editions. Octobre 2019