Exclusif / Michel Santi, macro-économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales : «de grandes décisions sont à venir pour l’Algérie »

 

Exclusif

Michel Santi, macro-économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales «de grandes décisions sont à venir pour l’Algérie »

Entretien réalisé par Mohamed Ait Said

D’une réputation  mondiale, connu et reconnu pour la pertinence de ses analyses pour les quelles les grands médias, Marianne, la Tribune et on en passe, se bousculent, M. Santi, même s’il n’a pas une minute à lui accepte de nous accorder en exclusivité cet entretien . Et pousse très loin sa réflexion pour nous abreuver d’une analyse niveau Expert, truffée d’arguments à haute valeur ajoutée. M. Santi prévoit que le monde entre «dans un nouveau paradigme où la dette ne sera plus obsessionnelle comme elle l’a été par le passé ». Et « espère que l’Europe privilégiera enfin la croissance et l’emploi au détriment du dogme de la dette ». Relevant le revers de la médaille de l’intelligence artificielle sur lequel le monde mise pour la période post Covid-19, l’économiste avertit :l’IA «ne fera qu’au amplifier au  centuple la puissance de ces entreprises au détriment des populations qui, finalement, ne seront plus que des pions à leur disposition ». A lire. A relire. Sans modération même.

Le Covid-19 a tout chamboulé. Dans votre livre « le testament d’un économiste désabusé », vous dites :  « Pour l’économie et pour la finance, il y aura – comme pour la philosophie, les sciences sociales et la littérature – un avant et un après coronavirus » . Quel monde aura-t-on sur le double plan: économique et financier ?

La considération principale vient du fait que notre monde est en train de changer dans un sens plus brutal et plus frontal sur le plan humain culturel et politique. Cela aura évidemment des répercussions sur le plan économique et financier, et au moins sur un plan dont je parle dans mon livre qui me semble tout à fait révélateur. En effet, l’économie et les finances ne seront plus pareilles avant et après la Covid dans le sens où les États occidentaux et leur banque centrale ne lésinent plus de nos jours à utiliser la manière forte pour ressusciter et redynamiser leur économie. Nous avons bien vu les énergies déployées par les États occidentaux, par les États-Unis, par l’Europe, par la Suisse à la faveur de la crise de la Covid et nous avons bien constaté les soutiens énergiques et déterminés à soutenir les entreprises de ces pays. Enfin, nous avons constaté comment les banques centrales déclenchent toute leur artillerie de création monétaire et d’instruments financiers peu orthodoxes afin de sauver les meubles sur le plan économique et financier. Nous entrons dans un nouveau paradigme où la dette ne sera plus obsessionnelle comme elle l’a été par le passé. A cet égard, nous voyons bien à la faveur des élections allemandes que c’est une personne comme Olaf Scholz qui vient de remporter la majorité, lui qui est l’antithèse de Madame Merkel en ce qui concerne la stimulation des économies. L’Europe amorce un nouveau virage avec le départ de Madame Merkel et sous la pulsion combinée de Macron et de Mario Draghi qui – je le rappelle – est l’ancien Président de la Banque centrale européenne et qui a été le grand initiateur en terme de création monétaire lors de la crise européenne des années 2010. J’espère que l’Europe privilégiera enfin la croissance et l’emploi au détriment du dogme de la dette. Quant aux États-Unis, leur banque centrale – tous responsables confondus – a montré la voie à suivre dès l’implosion de la crise des subprimes en 2007. N’oublions jamais que la Banque centrale américaine (la fameuse Réserve Fédérale) est dotée de deux priorités qui lui sont définies par la Constitution, à savoir non seulement la lutte contre les pressions inflationnistes (comme tout autre banque centrale), mais également ce qui est assez révolutionnaire de préserver la croissance, ce qui en dit long sur son rayon d’action et son mandat.

 La coopération internationale n’était pas à la hauteur. Des explications ?

Non, la coopération internationale n’est pas à la hauteur. Oui, la coopération internationale est de plus en plus remise en question, précisément pour ce que je vous répondais en début de première question car notre monde devient de plus en plus brutal, frontal, et nous avons bien vu les résultats de cette déficience de coopération internationale avec l’histoire invraisemblable des sous-marins français et des péripéties Indo Pacifique. Ceci est très inquiétant car nous avions tous pensé que ce n’était que Donald Trump qui avait remis en question le multilatéralisme. C’était méconnaître les fondements et les tendances lourdes de l’histoire américaine car le premier à avoir d’une certaine manière foulé au pied le multilatéralisme est bien le président Obama. Il a ouvert la voie à Trump qui a continué sur ce même chemin, bien sûr avec force exagération et nous voyons aujourd’hui Biden qui perpétue cette tradition unilatéraliste américaine avec la fameuse histoire des sous-marins et le retrait cataclysmique d’Afghanistan. Pour répondre à votre question, je pense que nous nous éloignons d’une ère de coopération internationale vers du chacun pour soi et vers des coopérations transversales. Ce que je veux dire par là est que au lieu de groupement comme l’OTAN, voir comme l’ONU, nous assisterons de plus en plus à des traités de coopération entre pays qui partagent un même océan, voire peut-être une même religion ou des objectifs géopolitique similaires. Dans cette optique, la coopération de demain ne sera donc pas internationale mais guidée strictement par des intérêts et par des considérations géographiques et bien sûr économiques.

Vous signez une chronique forte intéressante: « la Chine infectée par le capitalisme financier ». L’après Covid-19 signera-t-il la fin de ce type de capitalisme ?

Tout dépendra de la détermination des grands pays dans leur lutte contre les monopoles technologiques. L’après Covid en Chine dévoile depuis quelques mois une extraordinaire décision d’enfin remettre en cause dans leur fondement la toute-puissance arrogante que représente les GAFA. La Chine, qui a ses propres GAFA, est actuellement en train de brider de manière inédite ces géants. Tout dépendra donc de la détermination des grandes nations et des grands blocs comme la Chine, les États-Unis, l’Union européenne, à contrer ces entreprises aussi fortes et dominatrices que bien des pays. Le problème étant que le manque de coopération internationale dont nous avons parlé à la question précédente fera en sorte qu’en fait cette lutte de titans, Etats contre géants technologiques est plus ou moins perdue d’avance dans un contexte où les richesses de ces GAFA sont aussi importantes – sinon plus – que les trésoreries et que les richesses de bien des nations. Je vous cite un seul exemple : l’entreprise Apple qui du point de vue de sa trésorerie est plus riche que l’État américain ! Je crains pour ma part que le manque de coopération internationale ne réduise cette bataille en une lutte du pot de terre contre le pot de fer, ce dernier étant évidemment les entreprises technologiques qui se diversifient de plus en plus, qui vont même aujourd’hui par leurs propres moyens dans l’espace sans aucun deniers publics.

L’économie du savoir, l’intelligence artificielle, le big data voient leur importance se multiplier pour la phase post Covid-19. La redistribution des cartes est- elle en vue ?

Cette question est reliée à la précédente. Et en ce qui me concerne, je ne vois pas des pays où des blocs de pays émerger en termes de l’intelligence artificielle. En revanche, ce sont des grosses entreprises américaines, chinoises, coréennes qui vont émerger qui seront très prochainement amenées à devenir des colosses en concurrence directe avec les Etats même les plus puissants de ce monde. Nous nous sommes pas très loin en réalité des films de science-fiction que l’on voyait dans les années 80 où l’on nous montrait des entreprises devenues malfaisantes et qui mettaient littéralement sous tutelle des peuples aux entiers. Nous ne sommes hélas plus dans cette science-fiction là car c’est déjà le présent : l’intelligence artificielle ne fera qu’amplifier au centuple la puissance de ces entreprises au détriment des populations qui, finalement, ne seront plus que des pions à leur disposition.

L’Algérie figure parmi les pays qui misent sur une bonne relance économique. Comment la Zone de Libre échange continentale africaine peut elle permettre à l’Algérie de se repositionner ?

Oui absolument et, comme je vous y répondais dans une des questions précédentes, ce sont des blocs de pays qui devront se former à l’avenir afin de lutter bien sûr contre les géants technologiques, contre les monopoles en tout genre, mais également afin de démontrer et de de dérouler leur puissance face et de défendre leurs intérêts vitaux. Dans un avenir proche, l’Algérie ne pourra plus se passer – selon moi- d’intégrer un cadre ou un groupement d’autres pays qui apportera chacun sa valeur ajoutée et qui profiteront tous de la protection et de la force que constituera une telle association. Toute la question étant, pour l’Algérie, de savoir dans quel groupement a-t-elle envie de s’intégrer, non seulement pour ses intérêts, pour la sauvegarde de sa puissance, mais également pour en tirer profit bien sûr de manière économique, mais également de manière culturelle et pour sa population. Assurément, de grandes décisions sont à venir pour l’Algérie sur tous les plans.


BIO EXPRESSE :

Michel Santi est un économiste et ancien financier franco-suisse. Il conseille depuis 2005 plusieurs banques centrales1 et est l’auteur de plusieurs ouvrages.

Banquier iconoclaste, il a pris des positionnements à contre-courant, en créant une sociétés indépendantes de gestion à Genève en 1993, en critiquant les excès de la finance tout en prônant une politique intensive de création monétaire et pour un interventionnisme accru de l’État avant la crise économique mondiale de 2008.

Ancien membre du World Economic Forum2 et de l’IFRI3, Michel Santi est un membre fondateur de l’O.N.G. « Finance Watch ».


 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,330SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles