Face à la maladie du président sahraoui : Le MAE de la RASD condamne avec force l’attitude mesquine du Maroc

Face à la maladie du président sahraoui : Le MAE de la RASD condamne avec force l’attitude mesquine du Maroc

Le ministère des Affaires Etrangères sahraoui a rendu public ce dimanche un communiqué d’une fermeté et dune clarté extrêmes, dans lequel il a condamné avec force le fait que l’occupant marocain se soit publiquement « réjoui » face à la maladie du secrétaire général du Polisario et président de la RASD, Brahim Ghali.

Dans ce communiqué, il  a été également dénoncé,  « le recours de l’occupation marocaine à la méthode consistant à insulter et à offenser la juste lutte du peuple sahraoui et de ses symboles nationaux, même purement les questions humanitaires telles que la situation résultant de la maladie du président sahraoui, le frère Ibrahim Ghali, et sa poursuite de traitement à l’étranger ».

« L’occupation marocain ne rate pas une seule occasion d’offenser la juste lutte du peuple sahraoui et ses symboles nationaux, même dans des questions purement humanitaires telles que la situation résultant de la maladie du président sahraoui, le frère Brahim Ghali, qui poursuit traitement à l’étranger », lit-on notamment dans ce communiqué.

Outrée par l’attitude inhumain et monstrueuse des officiels makhzeniens, la diplomatie sahraouie rappelle dans sa déclaration que le caractère belliqueux, hostile et expansionniste semble inné chez les dirigeants maronnais.

« Dans ce contexte, le ministère marocain des Affaires étrangères a publié aujourd’hui une déclaration conforme au proverbe arabe qui dit que «chaque navire est ce qu’il y respire», y compris, comme d’habitude, des mensonges et des erreurs sans fondement, sauf dans l’imagination du Marocain ». Et d’enchainer pour dire que « la monarchie marocaine est hantée par les illusions d’expansion et la tendance à l’agression ».

Aux yeux e la RASD, et à très juste titre sans doute, « ce système lie sa légitimité et sa pérennité à sa capacité d’exporter ses crises vers d’autres, de nuire aux voisins et de les déstabiliser, dans le cadre de sa ferme conviction sur l’illusion du «Grand Maghreb», adoptée dans la dernière constitution marocaine à l’article 42, qui comprend «les frontières originelles du Royaume».

Crimes, mensonges, insultes, répressions, aucune pratique illégale et contraire à la morale n’arrête la propension innée du Maroc à nuire aux voisins, à leur chercher noise, et à chercher à étendre son territoire sur leurs propriétés légitimes conformément à la charte des Nations-Unies et du droit international.

Le terme « crime contre l’humanité » utilisé dans la déclaration du département de Nacer Bourita ne mérite même pas une réponse de la part de la RASD puisque la planète entière voit, et sait mieux que personne qui sont les criminels, qui sont les menteurs et qui sont les nauséeux bonimenteurs.

Fort heureusement, leurs mensonges finissent toujours par les rattraper et les démasquer, à  l’image des faux consulats ouverts dans les territoires occupés sahraouis.

Ali Oussi