Feux de forêts : Mokrane Ait Larbi appelle la justice à faire son travail

Feux de forêts : Mokrane Ait Larbi appelle la justice à faire son travail

« Encore une fois, le peuple algérien et particulièrement les jeunes, ont fait montre de leur grande solidarité et de leur aptitude à s’impliquer de manière efficace lors des catastrophes. Des mains criminelles ont mis le feu à la région de Kabylie et dans d’autres régions encore, notamment dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Le peuple, tout le peuple, malgré le peu de moyens a encore prouvé qu’il était prêt à consentir les plus grands sacrifices pour sauver les vies humaines et ils étaient des dizaines d’algériens à mourir, civils et militaires, en tentant de sauver d’autres vies humaines et en faisant tout pour éteindre les dizaines de feux de forêts qui se sontdéclarés simultanément en de très nombreux emplacements », a écrit l’avocat et homme politique Mokrane Ait Larbi, qui est natif, faut-il le rappeler, de la commune d’Ait Yahia dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

Ait Larbi continua son post en implorant Dieu de leur accorder sa miséricorde et en présentant ses condoléances aux parents de tous ceux qui sont morts, en affirmant que la région de la Kabylie se remémorera le sacrifice de tous ceux-là, originaires de différentes régions de l’Algérie mais qui ont lutté contre les flammes qui la dévoraient.

Concernant l’assassinat du jeune Djamel Bensmain, Ait Larbi déclare que : « Pour Djamel Bensmain, venu de Miliana pour porter aide et assistance à ses frères dans la wilaya de Tizi Ouzou, son souvenir et son sacrifice demeureront gravés dans notre mémoire collective, et la justice doit faire son devoir en recherchant et en punissant les assassins de Djamel de manière exemplaire. Ces assassins ne représentent ni la région de Kabylie, ni celle de L’Arba Nath Irathen, ni la wilaya de Tizi Ouzou et encore moins les habitants de la région connus pour leur mansuétude et pour leur bonté ».

Ceci est une autre réponse des algériens à tous ceux qui veulent nous séparer, l’union des enfants de l’Algérie est sacrée et personne ne peut y toucher.

Tahar Mansour