Feux de forêts : plus de 9.165 hectares partis en fumée entre le 1er juin et le 3 août

Feux de forêts : plus de 9.165 hectares partis en fumée entre le 1er juin et le 3 août

 Alors qu’un comité d’évaluation des dégâts des feux de forêts est déjà à pied d’œuvre, un communiqué émanant de la Direction générale des Forêts (DGF) fait savoir qu’entre le 1er juin et le 3 août 2020, pas moins de 1283 foyers d’incendie ont été enregistrés à travers plusieurs régions du pays, ravageant une superficie globale de plus de 9.165 hectares.

Le Directeur de la Prévention, Rachid Benabdellah, a ainsi indiqué qu’il s’agit là d’une moyenne de 20 feux/jour avec la perte de quelques 7 hectares quotidiennement.

Le même responsable a, également, fait remarquer que le pic a été relevé entre le 26 et le 28 juillet avec le départ de 207 incendies soit 69 feux par jour, ravageant 3.049 hectares dont 1.033 hectares de forêts. Ces journées ont été marquées par des conditions météorologiques extrêmes avec émission de BMS, a-t-il ajouté.

Même durant les deux jours de l’Aïd-el-Adha il n’y a pas d’accalmie puisque 134 feux ont été enregistrés notamment à Taref, Jijel, Skikda, Bejaia et Tizi Ouzou.

Il y a lieu de signaler que l’homme reste le principal responsable -direct ou indirect- de ces actes criminels, tel que l’a encore signalé Rachid Benabdellah, qui a précisé que les fortes températures n’ont été qu’un « facteur propagateur ».

Selon lui, certaines pratiques pourraient être à l’origine de certains feux de forêts comme « les opérations de nettoyage avec incinération des résidus, à proximité des récoltes, effectuées par les agriculteurs eux-mêmes, notamment les plus vieux, sans prise de mesures de précautions nécessaires (disponibilité d’un point d’eau et nombre suffisant de personnes pour éteindre tout départ de feux) » ou encore « les feux allumés pour l’élargissement des superficies agricoles ou le renouvellement de la couverture végétale, mal maîtrisés ainsi que les barbecues allumés sans vigilance par des citoyens, en sortie à la forêt notamment avec la fermeture des plages ».

Revenant enfin sur la mission difficile des gardes forestiers chargés de la surveillance et de la protection de 4.1 millions d’hectares, le Directeur de la Prévention de la DGF a déploré « le manque de matériel et de main-d’œuvre », aussi, il en appellera à plus de «vigilance et de prudence », rappelant que la protection de notre vaste patrimoine « est une responsabilité qui incombe à tout un chacun ».

Lamia B.

LIRE AUSSI:

http://lapatrienews.dz/feux-de-forets-le-comite-devaluation-des-degats-a-pied-doeuvre/