France/ Convois antipass : Lacrymogènes contre les manifestants sur les Champs-Élysées

France/ Convois antipass : Lacrymogènes contre les manifestants sur les Champs-Élysées

Des milliers d’opposants au pass vaccinal, sous le nom de «convois de la liberté» et venus de toute la France, ont rejoint Paris ce samedi dans le but de manifester malgré l’interdiction de la préfecture de police, déterminée à empêcher tout blocage.

Vers 14h00, plus d’une centaine de véhicules avaient rejoint l’avenue, des automobilistes, certains dorénavant à pied, agitaient des drapeaux ou scandaient «liberté». La situation s’est tendue : des gaz lacrymogènes ont été utilisés.

En effet, « les forces de l’ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes en début d’après-midi pour disperser des manifestants issus des convois antipass, qui s’étaient donnés rendez-vous sur les Champs-Élysées à Paris », selon un journaliste de l’AFP.

Les forces de l’ordre ont même évacué les piétons qui étaient autour de l’Arc de Triomphe, avant de repousser peu à peu les manifestants vers les jardins qui se trouvent à l’autre bout de cette célèbre artère de la capitale.

«On était depuis hier 17h00 sur Paris, tel un cheval de Troie. On était invisibles, on voulait se fondre dans la masse. Moi je suis +gilet jaune+, mais y a beaucoup de manifestants. À 13h15, on a décidé de se rejoindre autour de l’Arc-de-Triomphe parce qu’on savait que plusieurs convois étaient là. Les convois en voiture c’était un test. On a d’autres manifestants qui vont venir aujourd’hui. On ne peut pas vacciner de force», a déclaré à l’AFP Laure 57 ans monitrice d’auto-école en Seine-et-Marne «contre le pass vaccinal», en fuyant les lacrymogènes sur les Champs-Élysées.

«Même si Macron ne le veut pas, nous on est là, pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur», chantaient des manifestants avant d’être dispersés.

Voitures, autos-caravanes et camionnettes sont parties de Nice, Lille, Strasbourg, Vimy (Pas-de-Calais) ou Châteaubourg (Ille-et-Vilaine), circulant pendant deux ou trois jours à vitesse réduite sur des routes secondaires pour rejoindre la capitale.

Selon la préfecture de police de Paris (PP), citée par l’AFP, une partie des participants – 3.000 véhicules pour 5.000 manifestants en tout selon la police – a rejoint samedi matin le périphérique parisien, où 337 personnes avaient été verbalisées vers 14H30 pour « participation à une manifestation non autorisée », et ce, après avoir campé aux portes de Paris vendredi soir.

Y.Y

 

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,362SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles