G5 Sahel : en quête de plus de moyens et d’une véritable autonomie

G5 Sahel : en quête de plus de moyens et d’une véritable autonomie

Les groupes armés terroristes se montrent de plus en plus résilients dans le Sahel, a déclaré vendredi, le Président du Conseil militaire de transition, le Président de la République du Tchad et président en exercice du G5 Sahel, Mahamat Idriss Déby. 

Le président tchadien, dont l’armée représente le fer de lance de la force G5 Sahel, s’exprimait vendredi à l’occasion de l’ouverture par visioconférence des travaux de la 5ème session extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etats et de Gouvernements du G5 Sahel sur le thème : « la stabilité régionale ». Outre Déby, le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré, et ses pairs du Mali, du Niger, de la Mauritanie ont participé aux travaux, de même que le président français, Emmanuel Macron. « Les groupes armés terroristes se montrent de plus en plus résilients et possèdent des capacités d’action parfois supérieures à celles des armées de certains de nos pays et continuent de terroriser et de massacrer des populations innocentes », a déclaré le président en exercice du G5 Sahel le Tchadien Mahamat Idriss Déby. 

Selon un communiqué de la présidence du Burkina Faso, Déby a souligné qu’il faut travailler à un plus grand investissement des pays membres et à une mutualisation des actions pour les adapter aux réalités actuelles. Il s’agit également, pour lui, de mettre l’accent sur le déploiement des forces armées dans les régions frontalières avec les pays du Golfe de Guinée, et sur le renforcement de la coopération à tous les niveaux, dans la lutte contre le terrorisme. « Il est urgent que la Force du G5 Sahel monte en puissance et soit très rapidement une force autonome dans ces opérations dans son fonctionnement et dans les gestions financières », a estimé le chef de l’Etat tchadien, cité dans le communiqué. Lors de cette session, élargie à la France, l’ambassadeur du Burkina Faso auprès des Nations Unies Éric Tiaré a été désigné, secrétaire exécutif du G5 Sahel, a annoncé le Ministre burkinabè des affaires étrangères Alpha Barry dans une déclaration à la presse. Il succède à Maman Sambo SIDIKOU, du Niger, arrivé au terme de son mandat. Le chef de la diplomatie burkinabè a également souligné que les chefs d’États ont discuté de la coopération militaire avec la France qui compte réduire ses troupes dans le Sahel.

 Barry a souligné, en guise de « lot de consolation »,  que même si la France réduit ses troupes dans le Sahel, elle participera à la formation des soldats et à la coordination des opérations sur le terrain. Il a été convenu d’explorer d’autres moyens de financement pour permettre à la force conjointe du G5 Sahel de monter en puissance.